Choisir et acheter les céréales

Une céréale n’en vaut pas une autre : il faut bien les observer si on veut les différencier et être capable d’en apprécier la qualité, et savoir séparer le bon grain de l’ivraie.

Bien connaître pour bien choisir

Les céréales les plus employées pour alimenter le cheval sont l'orge, l'avoine et le maïs. Faites votre choix en connaissance de cause, sans vous laisser influencer par les préjugés.
Le maïs
Le maïs, très énergétique, est surtout utilisé pour engraisser les chevaux qui ont du mal à rester en état ou pour aider à lutter contre les intempéries ceux qui vivent dans les régions froides. La digestion du maïs met fortement le foie à contribution, ce dont il faut tenir compte. Vous le trouverez en grains (trop durs pour les chevaux), concassé ou en farine. La farine donne un goût sucré à la ration, ce qui la rend appètent. Elle doit être mouillée avant la distribution. Elle est bien utile pour les chevaux âgés dont la denture est défaillante.
L'avoine
Malgré l'idée qu'on s'en fait souvent, l'avoine n'est pas la céréale courante la plus énergétique. Elle contient de l'avénine, une substance excitante. Peu nutritive, échauffante et, souvent, irritante pour le système digestif, elle doit être employée avec circonspection, uniquement dans des circonstances particulières - équivalentes à celles où vous avaleriez un café bien serré pour tenir le coup.
L'orge
L'orge est une céréale de couleur jaune qu'il faut savoir distinguer de l'avoine blanche et du blé.Très bien tolérée par tous les chevaux, elle peut être utilisée en toutes circonstances. Son grain étant très dur, il est préférable de l'aplatir avant de la distribuer.
Richesse et limites des céréales
A partir d'une certaine dose, les céréales deviennent indigestes, voire toxiques : 4 kg par jour pour le mil, le millet et le riz, 6 kg pour l'orge et le maïs, 10 kg pour l'avoine. C'est pourquoi les céréales ne peuvent être distribuées à volonté, contrairement à l'herbe et au foin.

Chez le vendeur : ayez l'œil !

Les céréales coûtent cher et on en achète souvent des quantités importantes : il ne faut pas se tromper lors de l'achat.
En mangeriez-vous?
Observez bien les céréales que l'on veut vous vendre. Elles doivent être lourdes, brillantes, sèches et sans poussière. Les graines doivent être belles, bien formées et avoir une odeur saine. Toute odeur de moisi doit vous faire fuir, ainsi qu'un aspect poussiéreux, terne, grisâtre. Assurez-vous que les rats et les souris n'y ont pas fait d'incursions : leurs traces sont caractéristiques ! Si les grains sont stockés en sacs, cherchez ces deux indices : trous suspects dans le sac et déchets tombés au pied de celui-ci.
Où s'approvisionner ?
Les coopératives agricoles commercialisent toutes sortes de céréales sous différentes formes en sacs de 50 kg. Vous pouvez aussi vous approvisionner directement chez un céréalier, si vous habitez dans une région productrice. Vous paierez moins cher et la qualité sera la même.
Le nourrir, non l'empoisonner !
Vous ne pouvez pas nourrir votre cheval uniquement avec des céréales, même si elles fournissent la quantité d'énergie correcte. N'oubliez jamais que ce type d'alimentation est une invention de l'homme destinée à compenser une autre de ses inventions: le travail! Herbe ou fourrage sont indispensables
Bon à savoir
La mode gagne chez les professionnels de donner régulièrement des céréales germées, de l'orge, notamment, plus digestibles, donc parfaitement assimilées et riches en vitamines.

Aucun commentaire: