Protéger la santé du cheval en randonnée

Combien de beaux rêves d'aventure interrompus par un incident de santé du cheval ? Ménageons nos montures pour qu'elles conservent bon pied bon œil pendant toute la durée de la randonnée.

Prévenir : la meilleure médecine

« Mieux vaut prévenir que guérir » : cet adage résume bien ce qu'il faut faire pour éviter à votre cheval la plupart des ennuis de santé.
La préparation
Avant de partir pour une randonnée, même si ce n'est que pour deux jours, préparez votre cheval. Il doit être en parfait état grâce à une alimentation saine, en souffle et en muscles grâce à de courtes, fréquentes et progressives sorties en terrain varié. Ces dernières, jointes à de bonnes conditions de vie, lui donneront un moral d’acier. Tout sera alors en ordre pour que votre randonnée se passe bien.
Les problèmes liés à l'alimentation
Prévoir les repas du cheval en randonnée est parfois compliqué. C'est pourtant indispensable. Un cheval qui perd de l'état s'affaiblit. Il souffre de l'effort à fournir et perd le moral. Il devient plus vulnérable et s'expose aux maladies, incidents ou accidents qu'il aurait facilement évités s'il avait été bonne condition. Ce qu’il brûle doit être remplacé par un apport alimentaire équilibré. Il ne peut se contenter d'être mis en pâture pour la nuit : même s'il broutait en permanence, la quantité serait insuffisante ; de plus, l'herbe ne contient pas tous les nutriments nécessaires pour compenser ses efforts.
Par ailleurs, le cheval qui a travaillé toute la journée doit se reposer, ce qui lui laisse peu de temps pour s'alimenter.
Comptez deux compléments de céréales ou de granulés par jour en plus du foin ou du pâturage.
Les risques de déshydratation
Un cheval à qui il manque 1 % d'eau perd 10 % de ses moyens, 2 % d'eau et c'est 20 % de ses moyens qui s'en vont, et ainsi de suite. De plus, un cheval assoiffé ne s'alimente pas, ce qui n'arrange pas son état.
En traçant votre parcours, repérez les lieux où il sera possible d'abreuver les chevaux. Faites-les boire aussi souvent que possible. Ajoutez éventuellement un peu de gros sel dans la ration (le sel permet de fixer l'eau dans l'organisme). Certains chevaux ne boivent pas ailleurs qu'au pré ou il l'écurie : ne les utilisez pas pour randonner.
Les risques d'usure
Le port du harnachement pendant de longues heures de marche est souvent à l'origine d'irritations, de gonfles (ampoules), voire de plaies qui empêchent de brider ou de seller.
Un bon pansage procure un massage bienfaisant, élimine la poussière, défait les poils collés qui pourraient être source de blessures.
Choisissez un matériel de bonne qualité, conçu pour la randonnée et adapté à la morphologie de votre cheval.
Protéger pieds et membres
Durant une randonnée, vous devez tout faire pour éviter le moindre problème au niveau des membres et des pieds. Tendinites, entorses, bleimes, abcès : la guérison exige un arrêt total.
On évite les blessures de la sole en faisant poser par le maréchal-ferrant une plaque entre le sabot et le fer.
Doucher les pieds à l'eau froide ou baigner les membres dans une rivière aussi souvent que possible limite les risques de tendinite. Les sols glissants (verglas, goudron) le sont beaucoup moins si le cheval porte, à ses fers. des pointes de tungstène (sur le goudron), ou des crampons (sur le verglas).
Les terrains irréguliers (galets, sentiers empierrés, labours) favorisent les entorses. Mettez pied à terre et laissez le cheval choisir son chemin.

Prévenir les maladies

On peut prévenir une partie des maladies provoquées chez le cheval par des virus, des bactéries, des champignons ou des parasites.
Prévention de base
Un cheval de randonnée doit être vermifugé et vacciné au moins contre la grippe, le tétanos, la rage.
La maladie du lundi ou myoglobinurie ainsi que la fourbure s'évitent par un programme alimentaire adapté au travail. La fourbure peut aussi avoir d'autres causes, en particulier le stress. Ménagez votre monture.
Pour éviter un coup de chaleur ou une insolation, épargnez à votre monture les efforts sous le soleil.
Question d'hygiène
Maladies de peau, gale, teigne sont souvent très contagieuses. Pour éviter une contamination intempestive, pansez avec soin, n'échangez pas les tapis et le matériel, évitez, au cours de la randonnée, de mettre en contact votre monture avec des chevaux inconnus. Cette dernière précaution protégera aussi votre cheval de la gourme, de la grippe et d'autres maladies contagieuses.
Soyez attentif
Tous les soirs et tous les matins, examinez votre cheval avec soin : petites blessures, gonfles, mal au dos, légère boiterie, œil terne, muqueuses pâles, essoufflement anormal, rythme cardiaque trop élevé, température : rien ne doit vous échapper.

Aucun commentaire: