Obtenir le placer

« Place ton cheval ! » Que de fois, sur une carrière, entend-on cette consigne ! Pour bien en comprendre l'importance, il faut s'interroger davantage sur le pourquoi que sur le comment de cette position : le placer met le cheval dans une attitude qui protège son dos, donc son avenir.

Accepter le travail

Obtenir le placer, ce n'est pas seulement favoriser l'engagement des postérieurs et le bon travail du dos, c'est aussi obtenir le céder au mors, signe que le cheval accepte le travail.
Si le cheval se creuse
Un jeune cheval non dressé et non musclé a naturellement tendance à relever la tête pour supporter le poids du cavalier. Dans cette posture, il creuse le dos, ce qui l'empêche d'engager ses postérieurs, donc de se déplacer dans un bon équilibre. Cette position l'empêche de réaliser un grand nombre d'exercices avec aisance, comme le jog, le départ au galop, l'arrêt
. De plus, lorsque la colonne vertébrale est infléchie dans le mauvais sens, les épiphyses dorsales peuvent aller jusqu'à se toucher, ce qui provoque des pincements douloureux et, à long terme, des usures anormales
Le cheval placé
En revanche, en se plaçant, le cheval étire sa colonne et maintient un espacement correct entre ses vertèbres. C'est une bien meilleure position. Lorsqu'il travaille placé, le cheval contracte ses abdominaux et étire ses muscles dorsaux, ce qui développe sa musculature et lui donne un dos solide. Il peut alors progresser dans son apprentissage
. En se plaçant, il vous dit aussi qu'il accepte le mors : c'est, dans le bon sens du terme, un signe de soumission.

Savoir s’y prendre

En équitation western, nuance importante, on demande au cheval de faire, on ne lui fait pas faire.
Au travail
Dans le travail du placer, vous devez demander au cheval de se placer et non de le forcer à le faire. Ensuite, vous devez obtenir qu'il maintienne de lui-même cette attitude sans qu'il y ait tension sue les rênes.
  1. Faites un petit rappel de la leçon de mise en avant. Le cheval doit prendre immédiatement l'allure demandée et la maintenir sans que vous ayez à le rappeler à l'ordre.
  2. Travaillez le céder au mors latéralement, d'un côté puis de l'autre : commencez par exercer une tension sur une rêne tout doucement puis, dès que le cheval commence à répondre, relâchez vite.
  3. Amplifiez votre demande précédente. Le cheval doit comprendre qu'en amenant le nez en direction de la tension, il se libère.
  4. Travaillez ensuite la réponse à la jambe isolée : le cheval doit fuir cette pression et comprendre que lorsque l'action de la rêne est associée à la jambe intérieure du même côté, on lui demande d'aller droit.
  5. Peu à peu, associez jambe et action sur le mors au trot, puis au galop. Demandez un céder d'un côté, puis de l'autre tout en marchant droit et en maintenant l'allure.
  6. Finalement, en jouant dans vos doigt des deux côtés simultanément et donnant de l'impulsion avec les jambes, vous devez obtenir la bonne réponse du cheval : le placer. Dès qu'il est en position, relâchez les aides.
Mettre des jambes lorsqu'on place un cheval
Essentiel ! Toucher à la bouche, c'est jouer sur le frein. Pour que le cheval comprenne qu'il doit maintenir l'allure, il faut le lui dire avec les jambes.

Aucun commentaire: