Pré ou écurie

Comment savoir quel sera le meilleur hébergement pour votre cheval ? Pour son bien-être et la qualité de ses performances, faut-il choisir le pré ou le box ? Un peu des deux, sans doute, le dosage variant selon les circonstances.

Pré ou box : un équilibre à gérer

L'un et l'autre sont indispensables, mais le pré l'est bien plus que le box.
Le box, avec modération
Le box est un outil de travail utile pour le cavalier, pas un lieu de vie permanent pour le cheval. Il rend de grands services, certes, mais comme toute bonne chose, il doit être utilisé avec modération. Le cheval ne devrait pas y passer plus de la moitié de son temps.
Un outil de domestication
Pour familiariser un jeune cheval avec sa future vie de cheval de selle, rien de tel que quelques jours au box. Quand il comprend que son abreuvement, son alimentation et sa liberté dépendent de l'homme, il s'adapte volontiers à sa condition d'animal domestique.
Avant une compétition
Pour préparer un cheval à une compétition, il est souvent préférable de le garder au box tout le mois qui précède, en le sortant toutefois chaque jour. Cela contribue à sa préparation mentale. Travail, box ; box, travail, il ne pense plus à autre chose, un peu comme vous en période d'examen : vous n'êtes pas autorisé à aller faire la fête avec les copains !
L'aspect fonctionnel
Un cheval au box est facile à prendre, toujours disponible et à peu près propre. Il peut être logé en plein cœur d'une ville. Une bonne écurie chaude et généreusement paillée est aussi un lieu de repos agréable et un abri lorsque le mauvais temps fait rage.
Enfin, le box permet de soigner un cheval malade, de l'isoler en cas de nécessité.
Le pré, sous surveillance
Le pré se rapproche du mode de vie naturel du cheval tout en maintenant ce dernier dans un état de dépendance.
Un pré correct doit offrir une surface de pâture d'au moins un hectare pour deux chevaux (ne pas mettre un cheval seul au pré), être bien clos et posséder un abri naturel ou construit. Le cheval au pré doit recevoir au moins une visite quotidienne.
Sain de corps et d'esprit
Un cheval qui vit au pré n'a pas nécessairement besoin d'être monté tous les jours. Il peut se déplacer et s'occuper, il est en compagnie. Il n'est pas exposé aux maladies mentales ou physiques liées à la claustration. Il développe une bonne résistance au froid et son système digestif fonctionne bien. Il est globalement en meilleure santé physique et mentale qu'un cheval qu'on enferme.
Le bon geste
Prenez bien soin de votre cheval mis au pré : allez le voir quotidiennement, examinez-le, donnez-lui du foin et du grain si nécessaire, contrôlez l'abreuvoir et l'état des clôtures.
Bon pour le moral
Si votre cheval semble abattu, s'il «se traîne», s'il perd l'appétit sans raison médicale valable, un séjour au pré lui rendra vraisemblablement le goût de vivre. De même, un cheval agressif, nerveux, qui devient incontrôlable, retrouvera son équilibre s'il peut passer une partie de son temps au pré avec des compagnons.
Le coin du pro
Certains chevaux sont restés si longtemps enfermés que, dehors, ils dépriment. C'est une forme de maladie mentale. Si c'est le cas du vôtre, réhabituez-le progressivement à la liberté avec un compagnon.

Programme de vie...

Pour le bien-être du cheval au travail, il faut savoir répartir le temps qu'il passe au pré et celui qu'il passe à l'écurie. Comment s'y prendre ?
Le pré à portée de sabot
Quand on dispose à la fois d'un box et, à proximité, d'un pré, il n'est pas toujours facile de savoir quelle solution choisir. Voici de bonnes raisons pour :
Le mettre au box
  • vous allez le monter dans quelques heures
  • il tombe des trombes d'eau et le vent s'en mêle, ou il fait très chaud et les mouches sont nombreuses
  • vous préparez une compétition qui a lieu dans un mois
Le mettre au pré
  • vous n'aurez pas le temps de le monter
  • il a bien droit à quelques jours de repos après avoir travaillé toute la semaine
  • c'est la nuit, il fait beau, l'herbe est bonne...
  • c'est les vacances !
Si le pré est loin
Vous vivez en ville, le pré est à 50 kilomètres. Voici quelques règles de conduite.
  • Le cheval doit être monté chaque jour, ou lâché en liberté plusieurs heures, si possible avec un compagnon.
  • Chaque fois que vous pensez ne pas le monter pendant plusieurs jours, n'hésitez pas : emmenez-le en pâture!
  • Dans tous les cas de figure, faites en sorte qu'il y passe au moins deux jours , deux fois par mois. Le pré lui fera oublier le stress de la compétition ou de l'enfermement et, si l'herbe est bonne, lui fera gagner de l'état.
Attention, danger !
Le cheval qui vit au box en permanence est forcément névrosé. Imaginez-vous enfermé à longueur de vie, sans voir de copains, sans pouvoir discuter, jouer, sortir. Le cheval privé de liberté et d'échanges avec ses compagnons développe souvent des comportements déviants : agressivité, tics, apathie, nervosité excessive, etc.

Aucun commentaire: