Obstacle : rythme et cadence

Quand il s'agit d'enchaîner plusieurs obstacles, on aborde des notions nouvelles. Il faut trouver la cadence et garder le rythme. Ce sont d'ailleurs des caractéristiques propres aux bons parcours

Le tempo d'un parcours

Quand on sent la cadence d'un cheval sur un parcours, on commence à prendre sérieusement goût à l'obstacle !
Impulsion et cadence
Pour enchaîner des obstacles sans heurt, vous devez maintenir votre cheval dans une impulsion constante : il se porte en avant d'un bout à l'autre du parcours, qu'il s'agisse d'un enchaînement de trois ou quatre obstacles dans la carrière ou de vos premières expériences en parcours d'entraînement. Impulsion constante ne signifie pas vitesse toujours égale. Mais vous devez trouver la bonne cadence pour votre cheval et chercher à la conserver pendant tout le déroulement des sauts.
La cadence, qu'est-ce que c'est ?
En équitation comme en danse, la cadence est la mesure qui règle le mouvement : mettez un métronome en marche et essayez ensuite de marcher en respectant la mesure qu'il donne. Selon le réglage que vous choisissez, vous devrez marcher rapidement ou, au contraire, retenir vos pas. Mais que vos foulées soient longues ou courtes, vos pieds doivent se poser selon une cadence constante. C'est exactement ce dont il est question quand on parle de la cadence du cheval, que ce soit en dressage ou à l'obstacle.
Trouver la cadence
La cadence qu'il faut maintenir sur un parcours d'obstacle varie selon les chevaux, et un ensemble de critères complexes comme le niveau de l'épreuve, le barème, etc. A votre niveau, vous devez seulement vous préoccuper d'essayer de sentir dans quelle cadence de galop votre cheval est à l'aise tout en restant énergique et équilibré. Certains chevaux un peu mous doivent être menés à une cadence assez rapide, d'autres, chauds, maintenus dans une cadence un peu lente. Naturellement, trouver la cadence d'un cheval ne se fait pas en une fois. Pour régler l'allure selon la cadence qui convient le mieux à sa monture, il faut bien connaître celle-ci.
Sur le parcours
Sur un parcours, le cheval, bien sûr, ralentit et accélère : mais cette vitesse plus ou moins grande doit se traduire par un allongement ou un raccourcissement des foulées plutôt que par une modification de leur tempo : c'est le principe même de la cadence. Apprendre à écouter la cadence, et chercher ensuite à la maintenir durant tout un parcours, vous aidera à éviter les pièges de l'obstacle : la précipitation, la réticence, les pertes d'impulsion dues aux tournants, etc. En effet, pour maintenir la cadence, le cheval doit sans cesse engager ses postérieurs et rester en équilibre : deux conditions qui lui permettent de bien sauter.
Gros plan
Quand on "sent" la cadence, on se met dans le train de sa monture : on est dans le mouvement en avant, et toutes les actions que l'on entreprend restent plus facilement en phase avec le cheval. Trouver et respecter la cadence, c'est trouver et respecter le principe même de l'impulsion.
Bon à savoir
La qualité de la cadence dépend largement de la qualité de l'impulsion. Un cheval froid ralentit, voire repasse au trot entre les obstacles et dans les tournants, si bien qu'il faut sans cesse le relancer : la cadence est hachée et fait penser à une voiture mal réglée. Une monture surexcitée, ce qui est aussi un défaut d'impulsion, doit être ramenée à la raison par des actions énergiques ; sa cadence, mélange de précipitation et de heurts, étant irrégulière, on peut s'attendre à des fautes sur les obstacles. Un cavalier plein d'appréhension reprend trop fort et relance avec brusquerie : la cadence est inexistante et, souvent, le cheval s'arrête. De même, des actions désordonnées perturbent le rythme et entament l'impulsion du cheval, favorisant fautes et refus.

Le bon rythme

Bien que rythme et cadence soient intimement liés, il convient de les distinguer.
La régularité des sauts
Tandis que la cadence se rapporte au tempo du galop du cheval, le rythme renvoie plutôt à la vitesse générale maintenue sur le parcours, au tracé plus ou moins serré, à la trajectoire plus ou moins ample, enfin au rythme plus ou moins rapide auquel les sauts se succèdent. Un bon parcours donne l'impression d'être fortement rythmé, les sauts s'enchaînant de façon régulière sans qu'on perçoive de temps morts ou de cassures dans le déroulement.
Chacun son rythme
De même que la cadence n'est pas la même pour tous les chevaux, le rythme doit être adapté à votre monture. Certains chevaux rapides et agiles, bondissants, tournent court et avalent les obstacles les uns après les autres à un rythme soutenu. D'autres, plus inexpérimentés ou plus lourds, ont besoin d'un peu plus de temps entre chaque saut. Leur parcours semble posé, réfléchi. Quand on débute en concours, il est sage, en général, de s'en tenir à un rythme moyen, ni trop lent, le cheval risquerait de s'arrêter par défaut de vitesse, ni trop rapide, il pourrait alors refuser à cause d'un abord précipité.
Le coin du pro
Naturellement, lorsque l'épreuve est chronométrée ou que l'on est au barrage, il est nécessaire d'accélérer le rythme. Seuls les chevaux les plus agiles parviennent à sauter correctement malgré un rythme un peu bousculé.

Aucun commentaire: