American Saddlebred


Le cheval des plateaux du Middle West

Au repos et sans les artifices employés pour le mettre en valeur, le selle américain est un cheval élégant mais simple. Il faut le préférer ainsi et lui épargner des souffrances peu justifiées.
Détrônés par les pur-sang
En Angleterre, à la fin du XVIIe siècle, l'apparition des pur-sang détourna peu à peu public et professionnels des trotteurs et des ambleurs. Ces derniers, tombés en désuétude, furent largement exportés vers l'Amérique où de nombreux colons s'installaient. Ils donnèrent les lignées de départ de nombreuses races américaines.
Deux ancêtres disparus
L'american saddlebred descend de deux chevaux spécialisés dans l'amble: le canadian pacer et le narrangansett pacer (aux Etats-Unis, "amble" se dit pace). Le canadian pacer avait été importé de Bretagne (célèbre au Moyen Age pour ses ambleurs). Le narrangansett pacer était élevé dans la baie de Narrangansett, au sud de Boston, en Nouvelle-Angleterre. Ces deux races ont aujourd'hui entièrement disparu. Un peu de sang du morgan et du pur-sang anglais coule également dans les veines du selle américain.
Kentucky saddler
La patrie du selle américain, c'est le sud des Etats-Unis et, plus particulièrement, le Kentucky - ce cheval fut d'ailleurs longtemps appelé le Kentucky saddler. Au début, celui-ci convenait aussi bien comme monture pour déambuler toute la journée dans les plantations que pour les travaux agricoles ou encore pour l'attelage le dimanche. Peu à peu, les riches propriétaires sudistes ont sélectionné un animal élégant aux allures très relevées. De nos jours, c'est essentiellement un cheval d'exhibition.
Artifices et excès
Les amateurs du selle américain ont recours à de nombreux artifices pour améliorer l'apparence de leur cheval. Pour affiner son encolure, on emballe celle-ci dans des couvertures de sudation en plastique. Son port de queue relevé est le plus souvent artificiel. L'anglaisage (opération qui consiste à sectionner les muscles abaisseurs de la queue) était autrefois systématique. Il est moins pratiqué de nos jours, mais on emploie souvent des releveurs de queue aussi inconfortables qu'inu-tiles. Les allures relevées n'ont rien de naturel non plus: le pied est laissé excessivement long et muni d'un fer très lourd, ce qui contraint le cheval à lever haut les pieds et les genoux. Toujours pour améliorer ses allures, on impose parfois à l'animal le port de chaînes aux paturons.
Jusqu'à cinq allures
Le selle américain peut être inscrit dans la catégorie trois allures ou cinq allures, selon qu'il est ou non capable de marcher l'amble et l'amble rompu (ou rack). Notons que ces allures ne semblent guère naturelles, puisque les entraîneurs usent souvent d'entraves pour contraindre le cheval à aller l'amble. On attend du selle américain qu'il trousse les genoux au trot, un peu comme un hackney anglais. Au galop, son dos doit décrire un mouvement de bascule. Enfin, son pas doit être rapide et confortable.
Le cheval des sudistes
Cette race sélectionnée dans le sud des Etats-Unis est aujourd'hui encore élevée dans sa région d'origine, le Kentucky, où de nombreuses exhibitions lui sont consacrées.

Type et tempérament

L'american saddlebred est, par excellence, un cheval de show. Son royaume est l'exhibition, bien que ses allures relevées en fassent un cheval d'attelage brillant.
Modèle
La tête est fine, avec des ganaches peu développées, des yeux saillants et expressifs et des oreilles plutôt petites et mobiles. L'encolure est longue et généralement portée haut. On recherche "le col de cygne", parfois obtenu par un dressage contraignant et l'usage de couvertures de sudation. Les épaules déliées permettent une grande action des antérieurs vers le haut et vers l'avant. Le garrot est proéminent. Le dos est court et les reins solides. L'ensemble du corps est assez compact, les jambes longues. La croupe est plutôt plate, avec une queue plantée haut. Les membres sont long-jointés et souvent bas-jointés. Le selle américain mesure environ 1,60 m. C'est donc un cheval de taille moyenne, mais que son port relevé et ses allures brillantes font paraître grand.
Robe
Bai, bai brun, alezan, noir, palomino, parfois même tacheté.
Caractère
Il est par nature aimable et bien disposé. On le sélectionne sur sa docilité et sa promptitude à obéir à son maître. Il est néanmoins fougueux et les jeunes femmes qui le montent lors des exhibitions sont parfois débordées.

Aucun commentaire: