1er galop : trouver son équilibre

Beaucoup de cavaliers ont peur lors des premiers galops. Pour se sentir à l'aise et ne pas se crisper, il faut trouver son équilibre, savoir comment ralentir l'allure et repasser au trot sans heurts.

Galoper : une sensation formidable

Pour en profiter, il faut se sentir détendu et à l'aise. N'oubliez pas que la décontraction est votre meilleur atout pour suivre souplement les mouvements du cheval.
Au travail
  1. Pour goûter ses premières foulées de galop en étant parfaitement détendu, l'idéal est de commencer en longe. Ainsi, on n'a pas à se préoccuper de la direction ou du contrôle de l'allure. Posez les rênes sur l'encolure en les nouant pour les raccourcir un peu. Fermez vos jambes et passez au trot. Fermez-les de nouveau énergiquement tout en poussant dans la selle avec vos fesses pour inciter le cheval à accélérer. De son côté, le moniteur l'encourage à partir au galop. Si vous en sentez le besoin, attrapez le pommeau d'une ou des deux mains. Regardez devant vous et concentrez-vous sur le rythme et le mouvement du cheval.
  2. Passé les premiers instants de découverte, efforcez-vous de décontracter tout votre buste. Dégagez la tête des épaules en relâchant toute cette partie du corps. Gardez les reins souples. Si vous vous tenez au pommeau, profitez-en pour bien tirer vos fesses dans l'avant de la selle, en basculant le bassin. Vos jambes enveloppent le cheval, les mollets bien au contact des flancs. Lorsque le cheval repasse au pas, les secousses sont plus importantes. Anticipez en redressant le buste ; on peut l'incliner un peu vers l'arrière.
  3. Après cette première expérience, vous devez essayer de galoper seul. Comme précédemment, mettez votre cheval au trot. En arrivant dans un tournant, poussez-le énergiquement avec les jambes et l'assiette. Vous pouvez prendre les deux rênes dans une main et tenir le pommeau de l'autre. Pour repasser au trot, redressez le buste en l'inclinant légèrement vers l'arrière et levez la main qui tient les rênes. Les rênes doivent être tendues. Vous pouvez accompagner ces deux actions avec la voix.
  4. Rester assis au galop n'est pas obligatoire, surtout quand on est encore un cavalier inexpérimenté. Pour se sentir à l'aise dans un galop, même rapide, on adopte la position dite « en suspension ». Cela consiste à se mettre en équilibre sur les étriers en soulevant légèrement les fesses au-dessus de la selle. Il suffit pour cela de déplier les genoux et d'incliner un peu le buste en avant. Cherchez d'abord votre équilibre au pas et au trot.
  5. Lorsque vous vous sentez capable de vous tenir en équilibre en suspension, mettez votre cheval au trot. Vous-même, prenez le trot enlevé. En arrivant dans un tournant, donnez des jambes fermement en ouvrant les doigts sur les rênes. Dès que le cheval prend le galop, restez en suspension. Vous pouvez prendre les deux rênes dans une main et attraper une poignée de crins dans l'autre. Gardez la rêne extérieure légèrement plus courte pour que le cheval reste sur la piste.
Bon à savoir
Lorsqu'on travaille en manège, on demande généralement le galop dans un tournant. On pousse le cheval au trot Légèrement déséquilibré, il « tombe » dans le galop. On appelle cela le départ au galop par accélération d'allure. Par la suite, on apprend à mettre le cheval au galop par simple placement des aides, sans accélérer.
Le coin du pro
En suspension, ne vous levez pas exagérément au-dessus de la selle. Gardez les jambes bien à leur place, légèrement en arrière de la sangle et serrées. Les fesses doivent rester au-dessus du siège et non s'avancer. Si vous laissez les jambes glisser en arrière et les fesses s'avancer, vous ne pourrez conserver votre équilibre.
A éviter !
N'essayez pas de vous « accrocher » aux rênes : bloqué dans sa bouche, le cheval repasserait au trot ou se défendrait en cherchant à vous arracher les rênes. Agrippé aux rênes, vous êtes à sa merci : s'il baisse brusquement la tête, vous risquez fort de passer par-dessus l'encolure !

Aucun commentaire: