Des idées pour le faire beau

Pour le faire beau, il n'y a pas que les sempiternels pions ! Crinière, queue et poils se prêtent à bien des fantaisies : faites-vous plaisir, mais respectez votre cheval.

Quand le faire beau

Le cheval, c'est certain, se préfère au naturel. Mais, pour le besoin d'un concours ou d'une présentation, il faut parfois le coiffer.
Pour les grandes occasions
Le nattage et autres mises en beauté ne sont pas toujours une partie de plaisir pour le cheval. Il doit se montrer patient pendant qu'on le pomponne et, bien souvent, les ornementations imaginées par son propriétaire provoquent tiraillements et démangeaisons. Il faut donc résister à la tentation de jouer à la poupée avec son cheval et savoir réserver pour les grandes occasions le plaisir de le faire beau.
Une fois la présentation terminée ou le concours achevé, retirez des que possible élastiques, nattes, pompons, fils et autres fanfreluches afin que le cheval retrouve des sensations normales.
Une simple mise en valeur
Pour que la crinière soit lisse et bien ordonnée, il faut la rabattre d'un seul côté de l'encolure. Chez certains chevaux, l'implantation des crins renvoie naturellement ceux-ci d'un seul côté. Chez d'autres en revanche, ils sont hérissés d'épis. Pour ceux-là, il faut recourir aux nattes d'écurie. Vous devez vous y prendre plusieurs jours à l'avance. Nattez simplement la crinière, avec de grosses tresses assez lâches, du côte où la plus grande quantité de crins se porte naturellement. Laissez ces nattes 24 ou 48 h, puis dénouez les crins. Passez dessus, pour les lisser, une éponge humide, puis surveillez votre cheval le temps que les crins sèchent afin qu'il ne se gratte pas furieusement le chignon et détruise l'effet obtenu.
La méthode artisanale
Si vous êtes habile et si vous en avez le temps, vous pouvez réussir un damier sans utiliser de cache. Rebroussez et lissez en alternance des carrés de poils de la largeur de votre peigne. Pour que la « coiffure » tienne bien sans l'aide de la laque, utilisez de l'eau sucrée.
Pour une queue fournie
Pour donner à la queue de votre cheval un aspect fourni et mousseux, travaillez l'ondulation. La veille de la présentation, shampooinez-la, essorez-la et laissez-la sécher un peu : elle doit être encore humide mais non trempée. Tressez-la ensuite entièrement, de la base à la pointe. Nouez avec un ou deux élastiques à quelques centimètres de l'extrémité. Deux ou trois heures avant l'épreuve, défaites la natte. Laissez-la sécher complètement si nécessaire avant de séparer doucement les crins, mèche par mèche, à l'aide d'une brosse douce.
Effets de poils
Les dessins sur le poil au niveau de la croupe, des cuisses et parfois même des flancs font toujours beaucoup d'effet. Ils sont très simples à exécuter, pourvu que le poil du cheval s'y prête (difficile en hiver, avec un cheval tondu !). Pour réussir un dessin en damier ou en triangle sur la croupe, utilisez un cache en plastique souple (en vente dans tous les bons magasins de matériel équestre). Posez-le simplement à plat sur un côté de la croupe, puis, en le maintenant en place, passez une brosse que vous mouillez régulièrement, à rebrousse-poil sur toutes les parties apparentes. Fixez avec un peu de laque en vaporisateur : attention aux possibles réactions du cheval à ce bruit.

Une touche de folklore

Crinières et longues queues permettent toutes sortes de tressages. Inspirez-vous des traditions.
Crinière et queue à l'andalouse
Si votre cheval a une longue crinière, vous pouvez adopter le tressage traditionnel ibérique, qui fait toujours beaucoup d'effet et n'est pas aussi compliqué à faire qu'il en a l’air. Utilisez des élastiques blancs ou de couleur, recouverts ou non d'adhésif ou de rubans de laine dans le même ton.
Vous pouvez tresser la queue sur le même principe si elle est suffisamment abondante.

Aucun commentaire: