L'accord des aides

Lorsqu'on donne des jambes, les mains doivent permettent au cheval de se déplacer. Quand un cheval n'obéit pas, il faut s'assurer que les différentes aides ne lui ont pas transmis des messages contradictoires.

Apprendre à s’exprimer clairement

Lorsqu'il demande à son cheval d'exécuter un mouvement, même simple, le cavalier utilise un langage : le la,gage des aides. Comme tout langage, il doit être aussi clair, aussi riche et aussi précis que possible.
Le bon accord
On peut s’amuser à comparer l’apprentissage de l’utilisation des aides à l’apprentissage d’une langue. Au départ, on apprend quelques mots. Puis, des structures simples qui permettent d’associer des mots. Après plusieurs mois, on devient capable d’exprimer des demandes complexes avec exactitude. Ainsi, le cavalier débutant apprend à se servir de ses mains, de ses jambes et du poids de son corps. Il formule des demandes simples, en associant, pas toujours bien, deux ou plusieurs aides. Petit à petit, il utilise ses aides avec précision et les conjugue avec justesse : c’est ce qu’on appelle l’accord des aides.
Coordonner
Les aides peuvent agir, céder ou résister. Lorsque vous fermez vos jambes pour demander au cheval de passer au trot, vos jambes se ferment. Elles agissent. Si le cheval prend le galop, vos mains se ferment sur les rênes : elles résistent. Le buste se redresse en résistant lui aussi. Dès que le cheval repasse au trot, vos doigts s’ouvrent. Vos mains cèdent.Ainsi, dans presque toutes les actions, plusieurs aides coordonnées interviennent en même temps. Elles peuvent agir ensemble, ou bien certaines agissent tandis que d’autres cèdent.
Pour avancer
Pour mettre le cheval en avant, vous agissez avec vos jambes et votre assiette. Mais, avant de demander le mouvement vers l’avant, cédez avec vos mains en desserrant les doigts sur les rênes. Si vous n’ouvrez pas vos doigts, vous demandez au cheval d’avancer sans le lui permettre. Votre message est confus.Une fois que le cheval a pris l’allure demandée, vous pouvez entretenir l’allure ou obtenir un allongement en poussant avec votre assiette : accentuez les mouvements du bassin. Si nécessaire, les jambes renforcent l’action. Vous disposez encore des aides artificielles, la cravache et les éperons, pour stimuler l’impulsion.
Bon à savoir
Les jambes, comme les mains, peuvent agir ensemble ou de façon dissociée. Une jambe qui recule pousse les hanches du côté opposé. On parle de jambe isolée. Mais elle n’agit jamais seule ! Son action se conjugue en général avec celle de l’autre jambe et avec celle de l’assiette qui maintiennent l’impulsion et précisent le degré d’incurvation. Les mains contrôlent l’attitude de l’avant-main et l’ensemble du mouvement. Si, la jambe gauche reculée pousse les hanches vers la droite en même temps que les mains engagent l’avant-main dans cette direction, c’est l’appuyer.
Gros plan
La cravache peut être une aide utile à condition de savoir l’utiliser sans imprimer de secousse sur la rêne. Tenez-la toujours du côté intérieur.

Doser subtilement

En même temps, les actions de vos mains et la position de votre buste peuvent doser cette impulsion. Dans un tournant, par exemple, un cheval a tendance à ralentir. Vous poussez avec votre assiette pour maintenir le rythme de l’allure. Vos doigts cèdent sur les rênes. A la sortie du tournant, vous refermez plus ou moins vos doigts pour tempérer l’impulsion obtenue auparavant. Vous renforcez l’action en grandissant votre buste, ce qui déplace légèrement votre poids vers l’arrière.Ainsi, en dosant l’emploi des aides, c’est-à-dire en les accordant les unes avec les autres, vous pouvez constamment régler l’amplitude et la vitesse du cheval.
Pour tourner
Pour tourner, le cavalier emploie un effet direct (rêne d’ouverture) ou indirect (rêne contraire ou d’appui). Dans les deux cas, la main qui agit n’obtiendra l’obéissance que si l’autre main, les jambes et le poids du corps interviennent en accord avec elle.Lors d’une rêne d’ouverture, par exemple, le cavalier agit en fermant les doigts et en basculant le poignet du côté où il veut tourner.L’autre main cède pour permettre au cheval de s’incurver. Le regard du cavalier se porte dans la direction demandée. Ce faisant, le cavalier porte plus de poids sur la fesse de ce même côté. En même temps, l’assiette et les jambes entretiennent l’impulsion. De cette façon, toutes les sensations perçues par le cheval concordent. Le message est clair : en avant, dans cette direction.
Aller plus loin
Plus un cheval avance dans son dressage, plus il est capable de comprendre des messages complexes à partir d’indications réduites.De son côté, plus un cavalier avance dans son apprentissage et plus il se trouve à même de formuler des demandes précises avec des aides discrètes. La palette d’expression est presque infinie et la subtilité des interventions ne cesse de s’accroître.L’attachement et la compréhension réciproques contribuent à la qualité de ces échanges. Choyez votre cheval et apprenez à le connaître aussi bien que possible.

1 commentaire:

cheval a dit…

Merci pour votre article qui est très complet. Le mot clef est subtilement.