Stocker les aliments

Le stockage des aliments de nos compagnons n'est pas chose aisée. Tout d'abord, leur casse-croûte est assez encombrant; de surcroît, mal stocké, il entraîne certaines nuisances ; enfin, il faut lutter contre les hôtes indésirables qui y trouvent le gîte et le couvert.

La paille et le foin

Un endroit sec, aéré, à l'abri des rongeurs, mais aussi facile d'accès pour la livraison et pas trop éloigné des écuries: voilà l'idéal. Ensuite, il faut s'arranger avec la réalité !
Le foin : volumineux
Le foin représente un volume important. Une botte de foin d' une douzaine de kilos occupe environ 80 cm x 50 cm x 30 cm . Le propriétaire d'un heureux cheval qui vit au pré doit compter, pour les mois d'hiver (de novembre à avril) environ une botte de foin par jour. Il doit donc stocker quelque 200 bottes. Ce qui représente environ 2,5 tonnes et 24 m3 pour un seul cheval !
Un lieu sec et aéré
Le foin ne se conserve bien que dans un endroit bien aéré, à l'abri de l'humidité et, de préférence, à l'abri de la lumière. Si vous le stockez dans une grange, laissez toujours plusieurs ouvertures (fenêtres et portes ouvertes) afin que l'air circule bien. Pour favoriser encore cette aération, posez le foin sur des palettes en bois, sous lesquelles l'air pourra circuler.
Un emplacement stratégique
Si vous avez le choix, préférez un lieu facilement accessible aux tracteurs et aux camions : la manipulation des bottes est pénible, autant pouvoir décharger directement au bon endroit. Dans le même ordre d'idées, plus le lieu de stockage est près des écuries, mieux c'est. Cela facilitera beaucoup la distribution quotidienne.
Attention, danger !
Après avoir rentré le foin, vérifiez quotidiennement, pendant une dizaine de jours, la température à l'intérieur des bottes .A partir de 60° C, il y a risque d'incendie : sortez immédiatement le foin de l'abri et faites sécher les bottes au soleil. Cette élévation dangereuse de la température est provoquée par la fermentation d'un foin qui a été bottelé encore humide. Le risque d'incendie par fermentation de la paille est très faible. à moins que la paille n'ait pris la pluie avant d'être mise en bottes.
La paille
Les bottes de paille sont comparables en volume aux bottes de foin ; elles sont seulement un peu plus lourdes. L'espace nécessaire au stockage dépend du nombre de bottes qu'on utilisera pour chaque cheval. Il faut compter une botte en moyenne par jour pour un cheval vivant au box (la paille faisant office de litière). Les conditions de stockage sont les mêmes que pour le foin.
Bon à savoir
Hangar agricole, grange, box vide, grenier : tout est bon pour stocker paille et foin. Mais comment faire quand on ne dispose pas d'un bâtiment situé à proximité ? Il n'existe guère de solutions vraiment pratiques. Vous pourrez peut-être stocker chez un ami et rapporter chez vous, chaque semaine, la quantité nécessaire. Vous stockerez ces petites provisions sur des palettes, à l'abri sous une bâche plastique (noire de préférence pour arrêter la lumière).Le stockage de la totalité du foin ou de la paille sous bâche est une solution extrême qui n'est pas très recommandée : les moisissures s'installent facilement Passez plutôt un arrangement avec un élevage ou un centre équestre voisin à qui vous achèterez par petites quantités ce dont vous avez besoin.

Stocker les granulés et céréales

Les céréales ne craignent pas seulement l'humidité : elles redoutent aussi les rongeurs, les charançons, etc. Ces hôtes indésirables peuvent transmettre de graves maladies aux chevaux.
Le silo à grains
Le stockage en silo est sans doute le meilleur mode de conservation des céréales et, dans une moindre mesure, des granulés. Les rongeurs pénètrent difficilement dans ce type de réservoir, qui ne favorise guère, en outre, l'installation et le développement des charançons et autres petites bêtes. Le silo, de plus, préserve bien de l'humidité et de la lumière.
Les sacs
Les céréales et les granulés en sacs sont plus difficiles à protéger car les rongeurs y pénètrent facilement. Les sacs ne conviennent que pour un usage rapide . Il faut les stocker sur des palettes dans un lieu bien sec, généreusement aéré l'été, éventuellement chauffé légèrement l'hiver. Si, malgré cette dernière précaution, vous vous apercevez que certains sacs ont pris l'humidité (les granulés collent les uns aux autres), jetez-les.
Les coffres
Les coffres à grains, s'ils n'offrent pas la même protection qu'un silo, protègent bien, s'ils sont parfaitement conçus, céréales et granulés : le bois doit être doublé d'aluminium pour résister aux dents des rongeurs et les couvercles fermer presque hermétiquement.
Le problème des rongeurs
L’urine et les déjections des rongeurs contiennent des germes qui peuvent être fatals pour les chevaux. Il faut donc s'assurer que les aliments ne sont pas contaminés par ces hôtes indésirables. Un sac attaqué par les rongeurs doit être intégralement jetés. Certains préconisent les pièges, sinistres et peu efficaces dans un milieu aussi favorable à la reproduction de ces petites bêtes. D’autres encore répandent partout des granulés de mort-aux-rats. Malheureusement.ces poisons hautement toxiques viennent à bout des prédateurs des rongeurs (chats, renards, chouettes, petits oiseaux de proie) bien avant d'éliminer les principaux intéressés. A long terme, cela entraîne une pullulation des rongeurs, car ceux-ci se reproduisent beaucoup plus vite que leurs prédateurs. Préférez un stockage «hermétique», une propreté maniaque (pas un grain qui traîne) et quelques chats, toujours très efficaces.

Aucun commentaire: