Galop assis : accompagner en souplesse

Obtenir qu'un cheval prenne le galop n'est pas très difficile. Mais pour qu'il conserve cette allure, il faut l'accompagner souplement. Détendez-vous : le galop est une allure plus confortable que le trot !

Galop assis : un mouvement de bascule

Lorsque le cavalier adopte la bonne position et indique clairement ce qu'il veut, le cheval se plie en général de bonne grâce à sa volonté. Travaillez le galop assis pour acquérir assiette et aisance et vous vous apercevrez que cette allure est très confortable.
Comment faire ?
Dans un premier, il faut se détendre et chercher à bien sentir les mouvements du cheval : l'épaule qui s'avance, le temps de suspension, la croupe qui s'abaisse, la poussée latérale. Une fois que cette sensation est acquise, il devient aisé de suivre le cheval et de la placer dans la bonne attitude pour qu'il maintienne un galop régulier.
Au travail
  1. Pour suivre le mouvement du galop sans heurt, le cavalier doit avant tout se décontracter et garder le rein souple. Le dos est droit, la tête est dégagée des épaules. Le bassin se fléchit légèrement vers l'avant pour laisser les fesses s'avancer dans la selle. Les jambes enveloppent bien le cheval et descendent de tout leur poids, les pieds reposant dans les étriers sans y prendre appui.
  2. Le cheval étend un antérieur loin devant lui, puis prend appui sur cet antérieur pour se propulser. Son dos bascule vers l'avant. Vous êtes poussé vers le pommeau de la selle. Gardez le dos droit et laissez vos fesses glisser sous vous, presque comme si vous vouliez les cacher, en fléchissant le bassin vers l'avant. Gardez les coudes souples et laissez les avant-bras s'avancer pour accompagner l'encolure qui s'étend.
  3. Le cheval en est suspension. Aucun de ses pieds ne touche le sol. Il ramène ses postérieurs sous lui. Sa croupe s'abaisse et il pose un postérieur sur le sol. Pendant cette phase, vous sentez le cheval se rassembler et presque monter sous vous. Vos coudes se fléchissent souplement. Les rênes restent tendues.
  4. Le cheval pose un bipède (un antérieur et un postérieur en même temps). Son encolure recommence à s'étendre et il avance l'antérieur. Le rein toujours souple, accompagnez le mouvement du cheval sans pencher le buste en avant ni rejeter les épaules vers l'arrière. Pour éviter ces deux défauts, dégagez bien la tête des épaules et regardez loin devant vous. Gardez les jambes au contact des flancs.
Le coin du pro
C'est au galop que les chevaux sont le plus tentés d'exprimer leur vitalité. Ils accélèrent, donnent quelques ruades ou font des sauts de mouton, cherchent à couper vers le centre du manège. Cela est particulièrement vrai en extérieur. Lors du premier galop d'une reprise ou d'une promenade, restez vigilant. Gardez les mains basses avec des rênes bien tendues. En manège, raccourcissez légèrement la rêne extérieure pour maintenir le cheval sur la piste.

Ralentir et repasser au trot

Pour repasser au trot, redressez le buste en vous grandissant, les épaules en arrière. Les poignets suivent le mouvement en s'élevant légèrement. Fermez vos doigts sur les rênes. Dès que le cheval repasse au trot, ouvrez les doigts et baissez les mains. Vous pouvez prendre le trot enlevé pour éviter les heurts de la transition.
Bon à savoir
Le galop assis convient en manège ou en carrière lorsqu'on travaille à une allure modérée. Dès que l'on accélère, il est préférable de se mettre en équilibre sur les étriers. En extérieur et à l'obstacle, on galope presque toujours en suspension.
A éviter
  • Avec les mouvements de bascule du dos du cheval, le cavalier peut se sentir projeté vers l'avant. Mais il faut surtout éviter d'incliner le buste, les fesses reculant vers le troussequin. De plus, le cavalier qui se penche en avant a tendance à prendre appui sur ses étriers, ce qui augmente sa sensation d'inconfort et l'incite à se raccrocher aux rênes.
  • Les coudes doivent rester souples pour que les mains accompagnent l'encolure dans son mouvement de balancier. Si vos mains restent bloquées, le cheval, ne pouvant plus étendre l'encolure, risque de repasser au trot.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Je n arrive pas à ne pas prendre appuis sur les étriers sans que mes talons remontent, je ne les garde pas vers le bas, comment faire ?