Le massage : un luxe ou un besoin ?

Pour le cavalier-propriétaire, faire masser sa monture reste un luxe, mais, pour les cavaliers de compétition de haut niveau, c'est une nécessité. Cette manipulation fait partie des petits plus qui peuvent faire la différence dans une épreuve internationale.

Les techniques du massage

Le massage fait dans les règles de l'art est réservé au kinésithérapeute équin. Il nécessite de vraies compétences. Mais, après avoir observé un spécialiste, un particulier peut s'exercer aux massages à mains planes et aux manipulations destinées au drainage.
Massage à mains planes
Appuyé ou doux, ce type de massage sert de manœuvre préparatoire à la séance. Il permet également de 'détecter les zones de tension. Il rassure le cheval et permet au praticien de le « sentir ».
Doigts pointés
Les mains restent planes, mais les doigts se resserrent et se font plus précis. Ce massage permet d'appliquer une pression plus grande sur une zone plus petite.
Avec le coude
Ce massage peut nécessiter un tabouret si le cheval est grand. Il faut plier le coude presque à fond et utiliser non pas la pointe du coude mais la partie plate qui se trouve derrière. Cette technique qui offre beaucoup de puissance doit être utilisée avec précaution. Elle est utile pour masser les muscles para-vertébraux, les muscles fessiers, etc.
Massage mobilisant du corps musculaire
Il s'agit d'un pétrissage à deux mains des muscles longs .
Décollement
Il consiste à saisir un pli de peau entre ses doigts et à le faire rouler doucement. Utile surtout sur les zones cicatricielles quand on veut éviter la formation d'adhérences. Attention, ce massage est parfois douloureux pour l'animal. Le massage posturant repose sur le même principe, mais concerne les tendons. On le pratique en manipulant le tendon entre le pouce et les autres doigts.
Drainage
Il consiste à effectuer des pressions, les mains à plat, pour faciliter le retour du sang veineux vers le cœur. Ce massage est intéressant car il permet, par exemple, de dégorger un membre œdémateux. Il se pratique alors de bas en haut (toujours vers le cœur).
Vibration
On pratique ce massage du bout des doigts sur les contractures musculaires très localisées.
Bon à savoir
En règle générale, il ne faut jamais masser à rebrousse poil, mais toujours dans le sens du poil ou transversalement. L'action des mains doit suivre le sens des fibres musculaires

Pourquoi masser ?

Le coin du pro
Le massage assure une meilleure vascularisation des zones manipulées. Il améliore la trophicité musculaire et favorise l'élimination des toxines que le muscle peut contenir. Outre son intérêt purement physico-mécanique, le massage apporte un véritable bien-être mental au cheval, qui retrouve dans ces manipulations un équivalent des « gratouilles » amicales qu'il échange avec ses compagnons quand il vit en liberté. Un cavalier qui prend le temps de masser son cheval développe la confiance que sa monture a en lui.
En randonnée
En randonnée, le massage du dos, là où repose la selle, est particulièrement important. Il est recommandé de prendre l'habitude de le pratiquer aussitôt après avoir dessellé, surtout dans le cadre d'une longue randonnée. Il permet d'attirer l'attention du cavalier sur une zone sujette aux ampoules, aux gonfles et aux blessures. Il permet également de prévenir l'apparation de ces lésions car il stimule la circulation, souvent perturbé par le poids de l'harnachement.
Un petit massage au niveau du passage de sangle, autre zone sujette à l'irritation, soulage toujours le cheval.