La vue


Oreilles dressées, œil vif, le cheval a vraiment l'air de prendre des nouvelles de tout ce qui l'entoure. Rien n'échappe à ses sens toujours aux aguets, car la domestication a atténué ses réactions, mais pas sa perception.

Un cheval est toujours sur le qui-vive

Des cils et des vibrisses
Les cils du cheval, serrés et raides, protègent les yeux de la poussière et des lumières violentes. Le cheval possède aussi, autour des yeux, de longs poils plus ou moins raides, qui sont des vibrisses. Ils sont importants, car ils stimulent le réflexe de clignement de l’œil. Ils permettent au cheval de sentir la proximité d’un objet (une branche par exemple) et de l’éviter. Il ne faut jamais couper ces poils, même en vue d’un concours de modèle et allures.
Bon pied, bon œil
L’œil d’un cheval en bonne santé est humide et brillant, bien ouvert et vif. Il ne présente pas d’écoulement. La muqueuse autour de l’œil et à l’intérieur de la paupière doit être rose. Un cheval dont l’œil est éteint, larmoyant ou rouge est un cheval qui souffre physiquement ou moralement. En général, l’iris du cheval est d’une couleur noisette assez claire et transparente. Elle permet de distinguer autour de la pupille de curieuses excroissances noires en forme de chou-fleur – qui sont tout à fait normales. Certains chevaux ont un seul œil bleu – on dit qu’ils sont vairons. Les deux yeux bleus se voient surtout chez les chevaux albinos.
L’œil, reflet de l’âge
Les yeux du cheval sont très expressifs, en particulier quand on les observe en même temps que les oreilles. On comprend vite leur langage. Ils donnent également des indications précieuses sur l’état physique et mental du cheval et sur sa personnalité. La vivacité du regard, la rondeur de l’œil et le dessus de l’arcade sourcilière permettent aussi de situer l’âge du cheval: rond, vif et ouvert chez un jeune cheval, l’œil devient plus étroit et le regard plus blasé avec l’âge. L’arcade sourcilière, d’abord pleine et bombée, se creuse en formant des «salières» au fur et à mesure que le cheval vieillit.
Bon à savoir
En général, on croit que le cheval montre le blanc de l’œil (sclérotique) quand il est inquiet. Cependant, il suffit qu’il tourne les yeux pour que la sclérotique apparaisse sans qu’il ressente le moindre sentiment de crainte. Certains chevaux, parmi les pur-sang ou les appaloosas par exemple, ont le blanc de l’œil visible même au repos.

Une vision latérale

Les yeux du cheval sont placés latéralement, de chaque côté de la tête. Ils sont saillants et leur mobilité leur permet de balayer un champ de vision latéral de plus de 180°. Cela signifie que le cheval peut voir presque tout ce qui se trouve autour de lui avec l’un ou l’autre œil. Il a également une vision binoculaire (des deux yeux en même temps) à 2 m devant lui. Il détecte le moindre mouvement, devant lui, derrière lui ou sur le côté. Si l’objet est hors de son champ visuel, il lui suffit d’une légère flexion de l’encolure pour le voir. Toutefois, l’implantation des yeux du cheval présente un inconvénient : son champ de vision frontale comporte un important angle mort. Il faut en tenir compte.

Aucun commentaire: