Choisir une sangle


Le choix d'une sangle est dicté avant tout par le confort du cheval. Viennent ensuite la solidité, la simplicité de l'entretien et le prix.Dre la sangle en toile à la sangle à bavette, en passant par la sangle anatomique, le choix est vaste.

Les multiples sangles du marché

Les néophytes sont toujours surpris face à la diversité des modèles de sangle. Il faut dire qu'en 4000 ans d'histoire équestre, les hommes ont eu le temps de se montrer créatifs.
Une sangle à la bonne taille
La première qualité d'une sangle, c'est d'être à la taille de l'animal auquel on la destine! Cela parait tout bête, mais toutes les sangles ne vont pas à tous les chevaux. Un poney n'a pas le même tour de poitrine qu'un cheval de trait, un pur-sang n'a pas les mêmes mensurations qu'un selle français. Les sangles sont toujours proposées en plusieurs tailles. Par exemple: 125, 135, 145 et 155 cm pour les modèles classiques. Chez le cheval comme chez les humains, les très grandes tailles sont difficiles à trouver. Les propriétaires de chevaux lourds doivent souvent faire confectionner leur sangle sur mesure
Les différents types de sangle
  • La sangle en textile : Facile à laver, la sangle textile ne blesse pas le cheval si elle est de bonne qualité. Il faut néanmoins prendre le soin de la nettoyer. Différentes fibres peuvent être employées: coton, synthétique, laine, etc.
  • La sangle portefeuille : Cette sangle en cuir est repliée deux fois sur elle-même, en portefeuille. L'avant de la sangle est donc composé d'un pli arrondi. Solide, souple et confortable pour les chevaux, peu irritante, elle est de surcroît facile à nettoyer.
  • La sangle anatomique : En cuir ou en synthétique, elle est dessinée pour s'adapter à la morphologie du cheval.
  • La sangle en cuir à sanglons élastiques : Elle est conçue pour permettre au cheval de respirer facilement en dépit d'un solide sanglage. L'élastique qui sert de sanglon est hélas souvent son point faible. Il a tendance à se détendre et à s'effilocher.
  • La sangle à bavette : Très à la mode en concours hippique, cette sangle est pourvue d'une large protection en forme de bavette sous le ventre de l'animal. Ce «bouclier» intégré évite au cheval de se blesser avec les crampons des fers antérieurs. Il existe également des bavettes que l'on peut enfiler sur une sangle classique. Elles présentent l'inconvénient de se «balader» entre les antérieurs de l'animal.
  • La sangle auto-ajustable : Récemment apparue sur le marché, cette sangle ressemble un peu à celles qui sont utilisées en équitation américaine. Elle se termine par deux grandes boucles à chacune de ses extrémités. Une seule lanière munie de deux boucles à chaque extrémité vient coulisser dans le gros anneau de la sangle. Il se crée donc un jeu entre chacun des deux contre-sanglons.
Les sanglages particuliers
Certains types de selles sont pourvues de sangles spéciales. C'est le cas des selles de dressage, dont les sanglons descendent très bas sur le ventre de l'animal. Ces modèles nécessitent donc de toutes petites sangles que l'on ne peut pas boucler ni resserrer une fois en selle. En revanche, leur conception permet au cavalier d'avoir la jambe plus proche de son cheval. Les sangles de dressage mesurent en général 50, 60 ou 70 cm. Les selles américaines nécessitent également des sangles particulières. Elles sont munies de deux gros anneaux à chaque extrémité. Un système de lanière permet ensuite de nouer (au sens propre) la sangle à la selle. Les selles d'amazone possèdent une deuxième sangle destinée à empêcher la selle de tourner. La cavalière, ayant les deux jambes du même côté, a parfois une assise déséquilibrée. Cette seconde sangle compense ce phénomène. Les selles de course se fixent parfois avec une sursangle qui ressemble à un surfaix très plat.

Les blessures de sangle

La blessure au niveau du passage de sangle est une affection fréquente chez les chevaux de selle. Pour la prévenir, utilisez du matériel de qualité et nettoyez-le quotidiennement.
Une friction continuelle
En frottant contre le ventre de l'animal et en pinçant sa peau, la sangle finit souvent par blesser le cheval. La première des règles de prévention consiste à prendre soin d'étirer vers l'avant chacun des antérieurs de sa monture après avoir sanglé. Après le travail, il faut toujours jeter un oeil sous le ventre, afin de s'assurer qu'un «bobo» n'est pas en train de se former.
Comment y remédier
Plusieurs astuces permettent aussi d'éviter que les bords de la sangle ne viennent irriter la peau du cheval. La plus simple consiste à acheter dans le commerce un fourreau de sangle en peau de mouton véritable - ou synthétique. Cette gaine protège la peau du cheval. Depuis peu sont également commercialisés des fourreaux dans une matière proche du néoprène. Cette matière poreuse absorbe les chocs et ajoute de l'élasticité entre le cuir et le thorax de l'animal.

Aucun commentaire: