La longe : marcher, s'arrêter


Travail à la longe : plusieurs fonctions

La longe permet de détendre un cheval avant de le monter ou, au contraire, d’échauffer un cheval froid. C’est une bonne façon d’observer son cheval au travail et une irremplaçable gymnastique, avec ou sans enrênement. C’est aussi une étape essentielle dans le dressage du cheval non débourré.
Au travail !
Longez votre cheval dans la décontraction et la bonne humeur. Laissez-le jeter son feu pendant les premières minutes. Abordez seulement ensuite le travail, en pensant à encourager et à féliciter le cheval. Travaillez-le également aux deux mains, sans jamais excéder 20 mn de longe: c’est un exercice contraignant et ennuyeux s’il se prolonge trop.
  1. On longe un cheval avec un filet ou un caveçon. Le caveçon est une sorte de muserolle dont la partie supérieure est lestée. On l’ajuste assez fermement et il doit impérativement être bien rembourré. Le caveçon épargne la bouche du cheval mais ce n’est pas pour autant un harnachement doux. Étant donné son poids, les mouvements que vous imprimez sur la longe sont fortement ressentis par le cheval. Ayez la main légère.
    Quand on longe avec un filet simple, il est préférable de placer des rondelles de caoutchouc sur l’embouchure ou d’utiliser un filet à aiguilles. Ainsi, le mors ne risque pas de sortir de la bouche sous l’effet de traction de la longe. La longe doit mesurer au moins 8 mètres. Avant son utilisation, vérifiez le mousqueton et l’attache du mousqueton. Vous pouvez fixer la longe sur l’anneau latéral du caveçon (de votre côté) ou sur l’anneau central.
  2. Si le cheval est à main gauche, on tient la longe de la main gauche. Le surplus de longe doit être tenu dans la main droite, replié en huit. De la sorte, la longe s’étend sans à-coups lorsque vous rendez de la longueur. C’est aussi une mesure de sécurité: ainsi tenue, elle ne risque pas de se refermer comme un piège autour de votre main si le cheval vous l’arrache. La main droite tient également la chambrière par la poignée, fouet dirigé vers l’arrière. Par la suite, on apprend à tenir la longe et son surplus dans une seule main.
  3. Amenez votre cheval au centre du rond de longe. Écartez-vous de lui en restant à hauteur de son épaule. Dites-lui «marche» d’une voix ferme et claire, tout en écartant légèrement la chambrière avec un mouvement latéral du poignet, comme si vous vouliez lui pousser les fesses. Le cheval s’éloigne de vous en marchant jusqu’à ce que la longe soit tendue à la longueur que vous souhaitez (au moins 8 m). Marchez parallèlement à lui jusqu’à ce que chacun soit sur son cercle afin de ne pas vous trouver derrière lui.
  4. Tandis que le cheval marche sur son cercle (16 à 20 m de diamètre), le cavalier dessine lui aussi un tout petit cercle (1 à 2 m de diamètre) en restant face au flanc du cheval. Si le cheval se rapproche, pointez votre chambrière vers son passage de sangle pour le tenir à distance.
    Pour passer au trot, dites-lui «Trotte» d’une voix brève, en accompagnant éventuellement ce mot d’un claquement de langue, et amenez la chambrière en avant comme vous l’avez fait pour marcher. Si le cheval ralentit, encouragez-le de la voix et d’un mouvement de chambrière.
    Si votre cheval est chaud, ou si vous faites vos premières armes en matière de longe, choisissez un rond de longe délimité par une barrière. Si l’espace le lui permet, le cheval peut vous prendre la main en vous tournant brusquement le dos et en partant rapidement. Vous risquez alors de vous faire arracher la longe ou de vous faire traîner. Si le cheval s’enfuit avec la longe, il risque de se blesser. Pour éviter ce genre d’incident, encadrez bien le cheval avec la longe d’un côté et la chambrière de l’autre.
  5. Lorsque le cavalier se déplace vers l’avant-main, le cheval ralentit; lorsqu’il se déplace vers l’arrière-main, le cheval accélère.
    Pour arrêter votre cheval, dites «Oooh» et placez-vous à hauteur de l’épaule, longe toujours tendue, en levant un peu la main qui tient la longe. On utilise le même principe pour passer du trot au pas. Seul le mot change. Pour changer de main, arrêtez votre cheval. Allez vers lui en raccourcissant la longe, puis faites-lui dessiner une demi-volte en main. Remettez-le en marche en vous éloignant.
Côté santé : protéger
Au début d’une séance de longe, le cheval exprime souvent son ardeur par quelques joyeuses ruades ou des sauts de mouton. Pour réduire les risques d’atteintes, ne longez pas un cheval, surtout s’il est vif, sans protections: guêtres ou bandes, cloches aux antérieurs.
Bien communiquer
Pour communiquer vos désirs au cheval, vous disposez essentiellement de trois aides: votre voix, qui est la plus importante, vos mains, votre chambrière. Cette dernière remplace un peu les jambes du cavalier. Elle permet d’encadrer le cheval débutant ou récalcitrant.
Pour marcher ou passer à l’allure supérieure, on parle d’une voix ferme et brève, sur un ton clair. Pour ralentir ou arrêter, on traîne sur les mots avec une voix plus grave. Mais chacun choisit ses mots. Le tout est d’établir un code simple et de rester rigoureusement cohérent.
Le placement de votre corps et votre attitude sont également des signaux clairs pour votre cheval. Servez-vous-en et affinez chaque jour le dialogue !

Aucun commentaire: