Les vaccinations

La science a mis au point des vaccins qui protègent les chevaux contre les maladies les plus graves et les plus fréquentes. Ces vaccins sont en principe sans danger ni effets secondaires. Certains sont obligatoires, d'autres seulement recommandés.

Les vaccinations obligatoires

Certains vaccins sont obligatoires et ont pour but d'éviter que les chevaux ne véhiculent des maladies contagieuses pour l'homme, comme la rage, ou pour leurs congénères, comme la grippe équine.
La vaccination antirabique
La vaccination contre la rage est obligatoire pour tous les équidés traversant une région déclarée atteinte par la rage ou y vivant. Le vaccin n’est ni douloureux, ni dangereux pour l’animal. Il est bien supporté et ne provoque pas une baisse de forme, même passagère. La première vaccination s’effectue à l’âge de six mois en une seule injection ; il faut un mois pour que l’immunité se développe. Un rappel doit être fait tous les ans. Attention, il est important que le vétérinaire enregistre la vaccination sur les documents du cheval afin que celui-ci puisse voyager sans problème ou concourir dans les régions où sévit encore la rage. Pour des raisons administratives, les délais de rappel doivent être respectés à la lettre. Outre l’aspect légal, la vaccination contre la rage est utile car il s’agit d’une maladie mortelle.
La vaccination contre la grippe
Cette vaccination est obligatoire pour tous les équidés participant à des compétitions officielles. Elle est également recommandée pour tous les chevaux destinés à l'instruction ou susceptibles de participer à un quelconque rassemblement équestre. Le protocole de vaccination est précis et doit être respecté. La primo-vaccination nécessite deux injections espacées de 21 à 92 jours. Les rappels doivent ensuite intervenir avant 12 mois. Les chevaux doivent être vaccinés depuis plus d'une semaine pour prendre part à une épreuve officielle. L'immunité conférée par le vaccin antigrippal ne dure pas tout à fait un an. Il est parfois nécessaire de vacciner tous les six mois les chevaux qui se déplacent beaucoup. En revanche, pour les animaux qui ne participent qu'à quelques épreuves, uniquement à la belle saison, une seule vaccination annuelle suffit. La vaccination contre la grippe est plutôt bien supportée, mais une baisse de forme passagère ainsi qu'un léger gonflement au point d'injection peuvent survenir. Évitez donc de programmer cette vaccination trop près d'une échéance importante telle qu'une grande compétition ou la vente de l'animal. Octroyez deux jours de repos aux chevaux qui viennent d’être vaccinés, suivis d’une semaine de travail modéré. Enfin, évitez de pratiquer la vaccination dans les muscles du poitrail.

Les vaccins recommandés

Les vaccins contre le tétanos et contre la rhinopneumonie ne sont pas obligatoires; ils sont toutefois conseillés en raison du caractère létal de la première de ces maladies et de la fréquence de la seconde.
La vaccination contre le tétanos
Bien qu'elle ne soit pas obligatoire (il n'y a pas de risque de contagion), la vaccination contre le tétanos est recommandée car cette maladie est mortelle. D'ailleurs, la plupart des assureurs l'exigent avant d'accepter de couvrir l'animal. Le germe du tétanos survit très longtemps dans le sol et dans à peu près tous les milieux que fréquentent ou que touchent le cheval et le cavalier : la paille, l'herbe, le crottin, etc. La moindre petite plaie peut permettre à la maladie d'envahir le corps. Il faut savoir que le tétanos se développe d'autant plus facilement que la plaie n'est pas exposée à l'air libre. Ainsi, une blessure du sabot par un clou de rue ou une piqûre de ronce constitue une circonstance caractéristique d'installation de la maladie. Le vaccin est efficace et bien supporté. La primo-vaccination nécessite deux injections à un mois d'intervalle. Les rappels interviennent ensuite au bout d'un an, puis tous les trois ans.
Le vaccin contre la rhinopneumonie
La rhinopneumonie se propage facilement d'un animal à l'autre. Le vaccin est donc recommandé pour les jeunes chevaux de course à l'entraînement ainsi que pour tous ceux qui participent à des compétitions. Il est également conseillé dans les élevages. Malheureusement, il ne protège l'animal que quelques mois. On recommande donc des rappels tous les deux à six mois pour les chevaux exposés à cette affection. La primo-vaccination se fait en deux injections séparées de trente jours d'intervalle.

Aucun commentaire: