Le harnachement du cheval en CSO

Quand on regarde certaines photos prises durant les concours de saut d'obstacles, on est parfois surpris par le nombre de harnais et d'accessoires utilisés par les cavaliers : hackamore, amortisseur de dos, bavette, martingale, bricole, bonnet d'oreille, etc. Rassurez-vous, cela n'a rien d'obligatoire !

Une grande liberté

Le règlement des concours de saut d'obstacles ne prévoit aucune restriction en ce qui concerne les selles et les brides. Les cavaliers sont donc libres d'adopter le matériel qui leur convient et ils ne s'en privent pas !
Des accessoires de protection
Ces dernières années, deux accessoires se sont taillé la part du lion sur le marché du harnachement : l'amortisseur de dos et la sangle à bavette. Tous deux sont destinés à protéger le cheval, mais de manière très différente.
Les chevaux d'obstacles portent souvent, sur les parcours, des crampons. En «troussant» (c'est-à-dire en relevant fortement les antérieurs avec les genoux fléchis) pour franchir les obstacles, il arrive qu'ils se blessent au niveau du passage de sangle avec les crampons. Le passage de sangle est un endroit stratégique ; toute blessure, même légère, risque de s'aggraver à cause du frottement de la sangle et d'entraîner le repos forcé du cheval.
La sangle à bavette est munie d'un solide tablier de cuir destiné à prévenir ces blessures. Elle a été très largement adoptée par les cavaliers de concours hippiques.
L'amortisseur de dos
L'amortisseur de dos est une sorte de petit tapis épais que l'on place entre la selle et le tapis de selle. Il joue avant tout un rôle préventif. A l'obstacle, la selle se décolle du dos du cheval lors du planer, puis se rabat en claquant à la réception. Dix ou onze fois par parcours, cela finit par meurtrir le cheval ! L'amortisseur sert donc à amortir les chocs. On le fait avec des matières très diverses, de la simple laine naturelle à l'éponge alvéolée en passant par le gel polyuréthanne et autres matières synthétiques. Un bon amortisseur doit avoir une coupe anatomique ou être préformé. Il doit aussi laisser passer l'air, faute de quoi il risque d'échauffer le dos du cheval.
L'un des problèmes majeurs de l'amortisseur est sa tendance à se déplacer : certains fabricants proposent donc des tapis de selle «spécial amortisseur» munis d'une poche dans laquelle on glisse l'amortisseur.
Collier et bricole
Bricole et collier de chasse font partie du «kit» du cavalier de concours. Ils permettent de stabiliser la selle et, notamment, d'empêcher son recul malgré l'importance des mouvements du cheval lors des sauts. Bricole et collier doivent être ajustés de façon à limiter le déplacement de la selle sans gêner celui du cheval. Choisissez des modèles réglables en plusieurs points, dans des matières souples et non irritantes.
Pourquoi le hackamore ?
Le hackamore est une embouchure couramment employée sur les terrains de concours. Cela ne doit pas faire oublier qu'il s'agit d'un harnais très puissant, d'autant plus dangereux qu'il est placé bas sur le nez : il peut entraîner des fractures de l'os nasal. Le hackamore peut remplacer le mors, pendant un certain temps, chez un cheval qui ne supporte pas celui- ci : parce qu'il est blessé à la bouche ou parce qu'il a subi une main trop dure et qu'il doit être rééduqué. Mais il ne doit pas être employé dans une escalade dangereuse et vaine de moyens de plus en plus sévères pour tenir un cheval chaud.

Tout est permis

Le règlement des concours de saut d'obstacles n'impose pas d'embouchures particulières, et n'en interdit pratiquement pas. On s'en remet donc au bon sens du cavalier pour s'en tenir à des harnais doux et adaptés à une équitation raisonnée.
Du filet au hackamore
Du côté des harnais de tête, tout est permis en CSO : filet, pelham, bride, hackamore, filet releveur, etc. Ces harnais doivent néanmoins répondre à certains critères : longueur des branches, poids de l'embouchure, nature des muserolles. Prenez connaissance du règlement avant de choisir votre harnachement.
Les martingales
L'emploi d'enrênements est en revanche très restreint sur les parcours. Seules la martingale à anneaux et la martingale fixe (sur la muserolle française) sont autorisées. Ces deux enrênements ont un effet abaisseur et imposent au cheval un placé minimum. Ils l'empêchent d'échapper aux actions de la main en renversant l'encolure. Les martingales doivent être précisément réglées afin d'exercer leur effet sans limiter dangereusement la liberté d'encolure du cheval.

Aucun commentaire: