Le horse-ball

Au horse-ball, tout est dans la solidarité. Pas question de s'amuser seul avec la balle. Il faut jouer avec son équipe et faire équipe avec son cheval !

La balle au panier

Le déroulement incroyablement rapide et parfois impressionnant des matchs de horse-ball ne doit pas décourager les amateurs qui ont envie d'y jouer : une partie de horse-ball au club, c'est plutôt amusant.
Une tradition argentine
Un jeu pratiqué au XVIIe siècle serait à l'origine du horse-ball. A l'époque, un canard mort enfermé dans un sac de cuir fait office de balle. Tous les coups sont permis et le joueurs ne se privent pas de cette liberté : c'est au point qu'en 1796 l'église excommunie les joueurs et refuse d'enterrer ceux qui sont morts au cours d'une partie ! Un peu moins de deux siècles plus tard, une première version du horse-ball, pratiqué avec une balle de cuir munie de poignées, devient jeu national en Argentine.
Le horse-ball en Europe
Le horse-ball s'est développé en Europe il y a seulement une vingtaine d'années. Il a été codifié par Jean-Paul Depons, en France, en 1978. La France compte aujourd'hui plus de 400 équipes de horse-ball et ce jeu s'est répandu dans de nombreux pays d'Europe.
Le but du jeu
Après ramassage de la balle, il y a, comme au rugby, des passes, des touches et des remises en jeu. Chaque équipe s'efforce de marquer le plus de buts possible en allant placer la balle dans le panier de l'équipe adverse. Les cavaliers d'une même équipe doivent galoper jusqu'à la ligne de pénalité en se faisant des passes, puis lancer la balle dans le panier. Bien entendu, les joueurs de l'autre équipe se déploient pour bloquer les attaquants et tenter de récupérer la balle. Lorsque la balle tombe à terre, il faut la ramasser sans mettre pied à terre !
Un sport exigeant
Le horse-ball demande au cavalier de sérieuses qualités sportives. Côté mental, esprit d'équipe, vivacité, audace, sang-froid et bon caractère sont de circonstance. Côté physique, le horse-ball demande avant tout un sens aigu de l'équilibre, beaucoup de souplesse, de l'énergie et un corps musclé. La précision et l'habileté au lancé sont bien sûr nécessaires.
A tous les niveaux
Bien sûr, les joueurs de compétition sont des cavaliers aguerris qui connaissent bien le cheval et possèdent une assiette à toute épreuve. Ils s'entraînent régulièrement en équipe et individuellement. Mais des cavaliers encore débutants peuvent jouer au horse-ball à titre de mise en selle. Dans l'excitation du jeu, ils oublient leurs craintes et se découvrent des moyens qu'ils ignoraient !
Le bon geste
Avant de commencer une partie, il faut penser à se protéger : bandes et cloches pour le cheval, genouillères, épaulettes et casque pour le cavalier.
Attention, danger
Un cheval ombrageux ou agressif est dangereux au horse-ball, qu'il s'agisse d'une partie « au club » ou d'un match de compétition. Il risque de blesser un autre cheval ou un joueur comme de faire tomber son cavalier.

Le cheval de horse-ball

Un sang chaud, mais du sang-froid
Démarrages foudroyants, arrêts soudains, demi-tours, changements de pied, le horse-ball demande au cheval de véritables décharges d'énergie. Équilibre et vitesse sont indispensables. Un bon cheval de horse-ball est un animal vif, agile et maniable. Mieux vaut qu'il ne soit pas trop grand car comment ramasser une balle s'il mesure 1,70 m au garrot ? Le cheval idéal est également intelligent et possède un tempérament conciliant et sociable car, dans le feu de l'action, les montures sont pratiquement en contact.
Le sens de la balle
Les chevaux adaptés à ce jeu développent assez vite «le sens de la balle». Au début, cette chose volante qui arrive droit sur eux provoque écarts et fuites. Mais les animaux entraînés comprennent que leur cavalier souhaite suivre de près la balle et anticipent son désir, participant ainsi au jeu. .
Les principales règles du jeu
  • Le terrain de horse-ball mesure 25 m x 65 m.
  • A chaque extrémité du terrain, au centre du petit côté, se dresse un but circulaire de 1 m de diamètre et muni d'un filet. Il est fixé à 3,50m de hauteur, le bas du panier se trouve donc à 2,50 m du sol.
  • Chaque équipe compte 4 joueurs, plus deux joueurs de réserve.
  • Les joueurs ne peuvent mettre pied à terre durant le match.
  • Un joueur ne peut garder la balle plus de 10 secondes.
  • Pour tirer, les joueurs doivent s'arrêter sur une ligne de pénalité placée à 10 ou 5 m du but.
  • Les mauvais traitements aux chevaux, sur le terrain et hors du terrain, sont interdits. Les arbitres peuvent pénaliser ou éliminer les contrevenants.
  • Deux arbitres surveillent la partie, l'un à pied, l'autre à cheval. Seuls les capitaines des équipes peuvent discuter leurs décisions.
  • Chaque partie est divisée en deux périodes de 10 min, séparées par une mi-temps de 3 min.
  • L'équipe qui marque le plus de buts gagne la partie.

2 commentaires:

Baskit a dit…

Article plutôt bien documenté et réaliste sur notre sport... Jusqu'à l'énoncé des principales règles du jeu!

Corrigeons pour ce qui est du jeu :
* 3 passes entre 3 joueurs différents avant d'avoir le droit d'aller tirer au but
* attaquants et défenseurs doivent respecter le "sens du jeu" défini par le porteur de balle afin d'éviter les percusions de face ou à 90°
* on peut tirer au but de n'importe quel endroit du terrain
* l'arbitre peut sanctionner une faute avec 3 types de pénalités différentes en fonction de la gravité (P3 pour les fautes mineures, P2 à 10/15m du but pour les fautes graves non-intentionnelles, P1 en pénalty à 5m du but pour les fautes graves intentionnelles)

Voilà pour l'essentiel ;o)

Le Petit Far West a dit…

Un grand merci Baskit, pour ces précisions complémentaires.
Au plaisir de vous relire au travers d'autres commentaires.