Engager son cheval pour une épreuve

Prendre part à des épreuves officielles est, pour beaucoup de cavaliers, un rêve. Pas facile, pourtant, de s'y retrouver parmi toutes les démarches à accomplir, ni d'établir quelle catégorie correspond le mieux à son niveau d'instruction et à son budget.

La marche à suivre

Pour prendre part à un concours officiel, il faut connaître les règlements et faire un certain nombre de démarches administratives.
Un cheval en règle
Le cheval doit être vacciné contre la grippe équine et la rage. De plus, il faut qu'il soit enregistré au SIRE et muni du livret d'identification délivré par cet organisme. Seuls les chevaux « pleins papiers » (dont on connaît les origines) peuvent être inscrits sur la liste des chevaux de sport, condition nécessaire pour participer à une épreuve officielle. Par ailleurs, pour être qualifié pour une épreuve, un cheval doit correspondre aux critères spécifiés dans les conditions d'engagement, notamment en ce qui concerne la somme de ses gains.
Quant au cavalier
De son côté, le cavalier doit être titulaire, en plus de sa licence d'adhérent à un club, d'une licence de compétition. Valable pour un an, cette licence est délivrée par la Fédération. Il faut joindre à sa demande un certificat médical de « non contre indication à la pratique du sport équestre en compétition ». Certaines épreuves sont accessibles dès le Galop 2, mais le cavalier qui désire prendre part à des épreuves de 4e catégorie doit avoir obtenu le Galop 7. Sa participation à des épreuves de niveau plus élevé est soumise à des règles de qualification. Enfin, il faut ouvrir un compte auprès de la Société des steeple-chases de France, de façon à pouvoir régler son engagement à toute épreuve. Les catégories en concours de saut d'obstacles L'importance d'un concours dépend de la catégorie des cavaliers admis à y participer. Les épreuves A et B, de niveau national, sont réservées aux cavaliers de 1e et 2e catégorie. Elles s'adressent donc aux professionnels. Les épreuves C et D, en revanche, dites régionales et départementales, sont ouvertes respectivement aux cavaliers de 3e et de 4e catégorie et concernent les cavaliers amateurs. Quant aux épreuves de niveau E, elles permettent aux cavaliers de faire leurs premières armes en compétition et sont destinées à la 5e catégorie.
Dressage et concours complet
Le système est, à quelques différences près, similaire pour le dressage et le concours complet. La licence de compétition est d'ailleurs la même pour toutes les disciplines sportives. En dressage, le cavalier de se catégorie pourra choisir entre trois épreuves individuelles (E3, E2, E1) et deux épreuves par équipe avant d'essayer des reprises de classe D, C, B puis enfin A. Le passage d'une classe à une autre est, bien entendu, déterminé par les résultats. En concours complet, on distingue deux filières. La filière « normale » s'adresse uniquement aux couples cavaliers-chevaux qualifiés. Dans la « filière bis », en revanche, les épreuves ne sont pas qualificatives.
Nul n'est censé ignorer la loi
Toute personne qui engage ou monte un cheval dans une épreuve doit connaître le Règlement général des compétitions ainsi que les règlements spécifiques des différentes disciplines. Ceux-ci sont édités par la Fédération française d'équitation. Ces textes étant régulièrement mis à jour, il faut essayer de se tenir au courant des modifications qui peuvent intervenir d'une année à l'autre.

L'engagement

Comment et à quel moment s'inscrire ? Quel budget faut-il prévoir ?
Quand et comment s'inscrire
Le calendrier des compétitions est publié dans le Bulletin officiel (B.O.) des Compétitions équestres qui paraît chaque semaine. Il est également possible de le consulter sur le site de la FFE. Pour s'inscrire à une épreuve, le cavalier peut saisir et valider son engagement sur le site de la FFE ou utiliser les formulaires délivrés par la Fédération. La date de clôture des engagements est mentionnée sur le programme de chaque concours. Mais, en règle générale, les engagements peuvent être faits jusqu'au mardi de la semaine précédant celle de la compétition.
Êtes-vous qualifié?
Avant de s'engager, il faut vérifier que cheval et cavalier sont effectivement qualifiés pour l'épreuve considérée. Prêtez attention aux conditions particulières qui, parfois, limitent la participation, âge des chevaux, gains ou encore nombre de chevaux autorisés par concurrent.

Aucun commentaire: