Le matériel de pansage

Vous avez du mal à choisir entre ce beau bouchon rouge aux poils synthétiques et celui qui a des poils naturels, beaucoup moins beau ? Un seul critère pour votre choix : le bien-être de votre cheval, qui passe par l'efficacité du matériel de pansage. Sans pour autant vous priver du plaisir des couleurs...

L'indispensable et l'utile

Étrille en plastique ou en fer ? Bouchon raide ou souple ? Choisir son matériel de pansage doit se faire sérieusement. Pour commencer, faites la différence entre le nécessaire et le superflu. Et ne sacrifiez pas l'efficacité à l'apparence !
L'étrille en métal
L'étrille décolle la saleté, aère le poil et stimule les cellules de la peau. L'étrille de métal est indispensable, si votre cheval est très sale, pour ôter la boue séchée et décoller le long poil d'hiver sur les parties charnues : encolure, dos, croupe, flancs, ventre. Vous en trouverez de deux sortes : l’étrille ovale, à tenir à pleine main, et la très efficace étrille américaine dotée d'un manche et d'une tête.
Caoutchouc ou plastique
L'étrille de caoutchouc convient à un cheval moins sale. Elle peut être passée sur les partis osseuses : membres, colonne vertébrale, hanche. Ovale, garnie de dents en caoutchouc, elle masse et stimule la peau. L'étrille en plastique n'est d'aucun e utilité sur un poil long ou un cheval très sale. Mais elle peut être indiquée pour les chevaux tondus ou délicats et ceux dont la peau fine ne supporte pas l'étrille en métal. C’est le cas, notamment, de certains pur-sang.
Bouchon et bouchon...
L'étrille a décollé le poil et soulevé la saleté sans l'enlever. Pas de panique : voici le bouchon. A poils durs, il élimine la poussière en profondeur. A poils plus souples, il remet de l'ordre dans le poil et s'occupe des parties osseuses.
Choisissez un bouchon adapté à la taille de votre main : vous le manipulerez de façon plus efficace. Préférez des poils denses et relativement courts à de longs poils clairsemés, souvent trop mous.
La brosse
La brosse douce, ou brosse en soie, permet de lisser le poil et de le faire briller en retirant les dernières traces de poussière. On la passe sur l'ensemble du corps, y compris les membres, l'intérieur des cuisses, la tête, etc.
La véritable brosse en soie est en soie de sanglier. Elle est fort chère. Mais il existe des brosses douces dans d'autres matières, également efficaces. Elles sont toujours plus chères qu'un bouchon.
Choisissez-la plutôt petite, facile à prendre en main, avec un poil dense et serré. Vérifiez à l'achat que les poils ne se détachent pas.
Le coup de chiffon
Une bonne époussette n'est pas indispensable : votre cheval est assez propre après la brosse douce. Mais ce petit coup de chiffon qui prend quelques secondes donne ou poil un lustrant très flatteur : les soigneurs professionnels ne peuvent s'en passer ! Choisissez une époussette de ménage classique ou un bon chiffon de laine. Avant de le ranger, nettoyez-le en le faisant cloquer, ce qui en éliminera la poussière.
Et un cure-pied, un !
Outil indispensable, il est identique ou presque dans le monde entier. Inutile de vous ruiner pour l'acheter : il doit surtout être solide et efficace (pas de cure-pieds qui tordent ou cassent au premier effort). Là encore, choisissez-le à la taille de votre main, ce qui vous permettra de le manier aisément.
Le coin du pro
Chez les professionnels, chaque cheval a son matériel de pansage personnel : cela évite la propagation d'une éventuelle maladie de peau ou de parasites. Un cheval qui a la gale (parasite) ou la teigne (champignon) peut contaminer toute l'écurie en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire !

Aucun commentaire: