Choisir un cheval d'obstacle

Pour choisir le cheval qui vous emmènera sur les parcours de vos rêves, il existe quelques critères importants : la conformation, les allures, le coup de saut, le tempérament, les origines. Mais rien ne remplacera le coup d'oeil d'un professionnel expérimenté.

Vouloir, pouvoir

Comme pour l'acquisition de tout cheval, vous devez d'abord faire le point sur vos attentes, vos capacités et les moyens financiers dont vous disposez.
Le bon accord
Si vous êtes déjà expérimenté en CSO, vous pouvez vous permettre d'acquérir un quatre ans prometteur sur la foi de ses origines. Si, au contraire, vous faites vos premières armes en concours, il est préférable que vous achetiez un cheval « rôdé » qui vous « promènera » sur les parcours. Commencez donc par un auto-examen sans complaisance. Résistez à la tentation d'acheter un cheval que vos capacités techniques ne vous permettent pas de monter. Côté tempérament, essayez de trouver un caractère qui s'accorde au vôtre. Si vous n'êtes pas très sûr de vous à l'obstacle, il vous faut une monture généreuse et franche, peu susceptible. Si vous avez du coeur pour deux, vous pouvez vous risquer à prendre un cheval un peu plus délicat mais talentueux.
Des conseils indispensables
Une fois que vous avez défini vos moyen et vos besoins, il vous reste à trouver le cheval idéal. Faites-vous aider par un professionnel compétent et honnête dont les service peuvent éventuellement se monnayer. A moins que vous soyez très sûr de votre coup ne traitez pas seul avec un marchand de chevaux ou un éleveur. L'esprit commerçant prend parfois le pas sur l'éthique ! Si vous avez des amis dans le milieu, n'hésitez pas à prendre plusieurs avis.
Les origines
Si vous le pouvez, achetez un cheval qui compte de nombreux champions dans sa famille. Les accouplements consanguins permettent évidemment de produire des frères et des cousins qui présentent des traits communs. Mais, attention, l'origine ne fait pas tout !

Juger un cheval

Comment juger un cheval ? Observez-le, essayez-le, montrez-le à un vétérinaire.
Un bon modèle
Le modèle idéal n'existe pas. Des chevaux exceptionnels comme Jappeloud ou Milton, qui ont rivalisé au plus haut niveau, possédaient des modèles très différents. Cela n'empêche pas de chercher certaines qualités chez le cheval d'obstacle. Observez l'animal à partir de l'arrière, l'essentiel étant la propulsion. Vous devez trouver une arrière-main puissante et des jarrets forts, bien faits et plutôt bas sous des cuisses longues. Préférez un dos large et soutenu fait « en montant » (c'est-à-dire avec un garrot plus haut que la croupe), avec un rein assez court. L'avant-main doit permettre au cheval de monter facilement son « bout de devant » : une épaule oblique (c'est-à-dire qui forme un angle important avec le sol) détermine l'amplitude et la liberté du geste. Une encolure bien attachée et bien orientée permet au cheval de s'arrondir et de s'étendre pendant le saut.
De belles allures
Un cheval d'obstacle n'a pas nécessairement besoin d'avoir des allures éblouissantes. Néanmoins, il doit se montrer léger, souple, délié et équilibré, capable de faire des foulées étendues : au pas, il doit se méjuger. Évitez les chevaux aux allures étriquées, piquées ou traînantes. Surtout, recherchez une parfaite régularité.
La visite d'achat
Vous avez trouvé le sauteur de vos rêves ? Reste à le soumettre au jugement du vétérinaire. Celui-ci l'examinera de façon plus ou moins poussée, selon vos désirs et selon l'usage auquel vous le destinez. Il arrive que l'achat soit déconseillé.

Le coup de saut

Naturellement, l'atout le plus sûr d'un futur sauteur, c'est son coup de saut. Pas si facile à juger.
Comme un chat
Vous devrez observer votre future monture en liberté pour voir comment elle saute. Juger le coup de saut d'un cheval demande beaucoup d'expérience. Certains chevaux ne se révèlent que sur de gros obstacles, d'autres se négligent ou sont maladroits en liberté mais sont excellents sous la selle, ou l'inverse. Les jeunes chevaux manquent de technique. On compare souvent un bon cheval de saut à un félin, qui se rassemble, se propulse et se déploie en s'arrondissant au-dessus de l'obstacle. A l'inverse, le cheval qui saute « comme une biche », avec une encolure renversée et un dos raide, risque d'être limité.
L'essai monté
Lorsque vous l'essayez, vous devez avoir le sentiment que le cheval « monte » sous la selle pendant le saut, et qu'il « se déroule » au-dessus de l'obstacle. Préférez, bien sûr, un cheval franc et généreux, mais sachez que ces qualités peuvent se développer si le cheval est jeune ou inexpérimenté.
Le tempérament, trop souvent négligé
Lors de l'acquisition d'un cheval, ne faites pas passer son talent avant son caractère : à quoi bon une monture capable de franchir des obstacles impressionnants si elle ne veut jamais sauter, se montre constamment dangereuse ou met chaque jour à l'épreuve votre patience ?

Aucun commentaire: