Tondre : le b.a.-ba

La plupart des chevaux de sport et de loisir sont tondus en hiver : leur épaisse fourrure hivernale est bien adaptée à la vie au grand air, beaucoup moins au travail et aux soins quotidiens.

Une opération nécessaire

On tond un cheval l'hiver, quand il fait froid, et non l'été, quand il fait chaud. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, cette opération répond à une nécessité.
Le poil selon les saisons
L'été, le cheval a un poil fin et lisse, qui ne lui tient pas chaud. En revanche, dès les premiers jours de l'automne, son poil s'épaissit jusqu'à devenir, selon sa race, une fourrure plus ou moins dense . Dans le cas des races rustiques, comme le shetland, on a affaire à un véritable nounours.
Et, quand revient le printemps, le cheval « mue » : il perd son pelage hivernal, qui est remplacé par un soyeux manteau estival.
Chaud-froid
Dans la nature, la transformation saisonnière du pelage est une forme d'adaptation aux conditions extérieures. Mais, dans le cas du cheval au travail, le poil chaud de l'hiver présente de sérieux inconvénients. En effet dès que le cheval fournit un effort, il se met à transpirer abondamment. Une fois le travail terminé, le poil mouillé dans toute son épaisseur ne sèche pas et le cheval risque de prendre froid.
Pour éviter cela, on tond les chevaux qui travaillent dès que leur poil d'hiver a poussé. Naturellement, le cheval tondu est privé de ses moyens naturels de défense contre le froid et doit porter une couverture en permanence, sauf pendant le travail.
Le bon geste
On ne tond pas un cheval sale : la poussière enraierait aussitôt la tondeuse. Avant de tondre, procédez à un pansage soigneux.
Bon à savoir
Un cheval tondu ne doit pas rester au pré la nuit ni, s'il fait froid, dans la journée. S'il est mis au pré, il doit porter une couverture enveloppante, chaude et imperméable.
Le coin du pro
Un cheval ne devrait pas être attaché lors de la tonte. Effrayé par la tondeuse ou pincé lors d'un geste maladroit, il risque de tirer au renard et vous aurez du mal à réagir rapidement avec une tondeuse dans la main (et un fil électrique à terre).

Avant de commencer :

Pour votre première leçon de tonte, exercez-vous sur un cheval déjà rodé et ne tondez ni la tête ni les membres .
Il vous faut :
  • une tondeuse (avec une rallonge si elle est branchée sur le secteur) et deux jeux de peignes propres en bon état
  • un lubrifiant
  • un tournevis pour démonter et nettoyer les peignes
  • un pinceau dur pour le nettoyage
  • un peu de gas-oil dans un petit seau
  • un endroit abrité, bien éclairé et parfaitement rangé.
Une bonne préparation
Pour éviter tout stress inutile durant la tonte, préparez-vous correctement en aménageant un endroit propre et en rassemblant tout le matériel dont vous aurez besoin. Vous devez forcément trouver une personne pour vous assister.
Choisissez le type de tonte qui vous convient et tracez-en les limites à la craie sur le poil du cheval. En général, on suit les muscles des épaules au-dessus du coude, en biais, et les muscles des cuisses au niveau de la rotule. Dans le cas d’une tonte en sac, on trace en plus une ligne horizontale sur l'encolure et sur les flancs, jusqu'à la croupe, avec un léger décrochage au niveau de la hanche.
  1. Assurez-vous que la tondeuse est en bonne état de marche : propre, avec des peignes non usés et bien ajustés. Trop serrés, les peignes frottent et la tondeuse chauffe. Pas assez serrés, ils arrachent et déchiquettent le poil au lieu de le couper. Huilez la tondeuse, soit en versant une goutte de lubrifiant dans le petit orifice, soit en vaporisant ce lubrifiant sur les lames.
  2. En vous tenant à un mètre du cheval environ, mettez la tondeuse en marche. La personne qui vous assiste rassure le cheval. Une fois que celui -ci est calme, approchez la tondeuse de son épaule et posez-la sur son poil, bien à plat, sans tondre, simplement pour qu'il se familiarise avec la sensation. Dès qu'il ne réagit plus, vous pouvez commencer à tondre.
  3. Tenez la tondeuse parallèlement au corps du cheval, presque à plat, et tondez toujours à rebrousse-poil. Il faut donc bien examiner le sens de la pousse afin de toujours agir dans le sens contraire .Cela demande un peu d'habileté au niveau des épis de la hanche et du poitrail. N'appuyez pas trop, faites glisser simplement la tondeuse en la maintenant contre la racine des poils.
  4. Passez la tondeuse bande par bande, par petites portions. Chaque nouvelle bande doit recouvrir légèrement la bande précédente. Cela évite les irrégularités et les marques. Commencez par les épaules et les flancs puis, si le cheval se montre encore calme et patient, passez aux parties délicates (poitrail, coudes, ventre, dessous de la queue).
  5. Sur certaines parties du corps, la peau , assez lâche, a tendance à former des plis. Sur le poitrail et sous la gorge, contentez-vous de tendre la peau en l'étirant légèrement avec une main tandis que vous tondez de l'autre. Soyez toujours très attentif et procédez sans lenteur mais avec soin afin de ne pas risquer de pincer ou de couper le cheval. Pour tondre le coude, vous devez vous faire aider par quelqu'un qui étendra l'antérieur afin de déplier l'articulation. De même, demandez que cette personne soulève la queue du cheval lorsque vous tondez cette région.
Attention, danger !
Si la tondeuse est branchée sur le secteur, passez le fil de la tondeuse sur votre épaule. C’est un geste vital car, si le cheval fait un écart et marche dessus, il risque de le couper et de recevoir une décharge électrique qui l'effrayerai dangereusement.

Aucun commentaire: