La préparation du cheval d’attelage

Même s'il est déjà parfaitement mis sous la selle, le cheval doit être préparé au travail spécifique de la traction. Longues rênes, fouet, voix, harnais : tout cela doit lui être présenté progressivement.

Avec un cheval débourré

Mettre le cheval aux longues rênes
La mise aux longues rênes est un moment important dans le dressage de tous les chevaux. Elle est d'une importance particulière, on s'en doute, pour le cheval d'attelage. On procède à la mise aux longues rênes quand le cheval est parfaitement aux ordres en longe. Pour les premières leçons, mieux vaut travailler le cheval en caveçon. Il faut se faire aider d'une personne qui se tient à la tête du cheval et le contrôle avec une longe fixée à l'anneau central du caveçon. Les longues rênes sont fixées aux anneaux latéraux du caveçon, puis passées dans les clés du surfaix.
Patience et douceur
Il faut amener en douceur le cheval à accepter la sensation des longues rênes sur sa croupe. Le dresseur marche tantôt à côté du cheval, tantôt derrière lui. L'objectif est de lui apprendre à mobiliser ses épaules et non pas seulement sa tête et son encolure, ainsi que de l'accoutumer à la pression des rênes sur sa croupe et, lorsque le dresseur marche à côté, au-dessus de ses jarrets. Soyez patient et peu exigeant. Accordez de fréquentes récréations et récompensez abondamment. Les premières séances aux longues rênes doivent être très courtes (10-15 mn). Lorsque le cheval accepte les longues rênes dans le calme et répond bien aux ordres, l'assistant peut se retirer. On peut ensuite travailler sur le filet.
Garnir le cheval
L’étape suivante consiste à « garnir » le cheval, c'est-à-dire à lui passer le harnais d'attelage. Il faut pour cela procéder progressivement en posant le harnais pièce par pièce. Un cheval bien débourré accepte tranquillement cette étape si elle est menée avec la douceur nécessaire. Il doit s'habituer à se déplacer à toutes les allures avec le harnais jusqu'à ce qu'il retrouve une aisance parfaite.
Le matériel nécessaire
Pour mettre votre cheval à l'attelage, il vous faudra :
  • un caveçon ;
  • un filet;
  • de longues rênes ou deux longes de travail;
  • une chambrière;
  • un harnais de travail;
  • une traine en bois ou un vieux pneu muni d'un palonnier;
  • des cordes;
  • de faux brancards (des tuyaux en PVC);
  • une voiture à deux roues.

La traction

La sensation suscitée par une résistance sur les traits est tout à fait nouvelle pour le cheval. Il doit alors comprendre qu'on attend de lui qu'il résiste lui-même et tire la charge.
Comprendre la traction
Pour commencer, deux assistants doivent s'accrocher aux traits en se plaçant assez loin derrière le cheval. Ils s'écartent plus ou moins et dosent la résistance qu'ils exercent selon les indications du dresseur. L'avantage de la coopération de deux assistants est qu' ils peuvent réagir rapidement si le cheval n'accepte pas bien la traction.
Le pneu
Lorsque le cheval semble comprendre le principe de la traction, on l'attelle à un pneu accroché à un palonnier. Cette charge, qui est sans danger, lui permettra de mieux se familiariser avec les sensations qui' accompagnent l'attelage. Attention, ses réactions peuvent être violentes ! On peut remplacer le pneu par une traîne en bois. Le dresseur ou l'assistant peut monter sur le pneu ou la traîne lorsque le cheval se montre calme.
Les brancards
Le cheval est maintenant familier avec le harnais et les traits. Reste à lui donner l'occasion de découvrir les brancards. Leur contact et le sentiment d'emprisonnement qu'ils provoquent risquent de susciter des réactions violentes. Deux assistants se placent à droite et à gauche du cheval en tenant les faux brancards (tuyaux en PVC ou baguettes rondes en bois) qu'ils approchent progressivement de ses flancs.
La mise à la voiture
Il faut maintenant mettre le cheval à la voiture. On se fera aider de deux assistants. Il faut amener la voiture au cheval et non chercher à faire reculer celui-ci vers les brancards.
Les aides du dresseur
Contrairement au cavalier, le meneur n'a pas de contact physique avec le cheval : il doit employer des aides particulières. Le fouet et la voix sont deux outils de communication très importants. Pendant toute la phase préparatoire aux longues rênes et au trait, le meneur doit enseigner ce code de communication au cheval.

Aucun commentaire: