Confort par tous les temps

Qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'un soleil de plomb vous assomme, les chevaux ont besoin de sortir ! Le cavalier doit donc s'équiper pour affronter sereinement la balade dans le vent de janvier comme sous le soleil d'août.

Le froid et la pluie

Chevaucher sous la pluie et dans le vent peut vite tourner au cauchemar pour qui s'est habillé avec insouciance.
Conseil de Normand
Lorsque l'on envisage de monter en extérieur dans une région pluvieuse comme la Normandie ou l'Irlande, il faut prévoir un équipement en conséquence. Le mieux est de disposer d'un véritable imperméable d'équitation. Amples et coupés spécifiquement pour l'équitation, ces vêtements recouvrent bien les cuisses du cavalier et la selle. Ils sont en outre pourvus de fentes et de plis d'aisance qui correspondent parfaitement aux besoins des cavaliers. Les larges pans de ces imperméables sont maintenus contre les jambes par une lanière plate. Sans cette fixation, le vêtement battrait au vent.
Des chaps contre la pluie
Vous pouvez vous contenter d'une surveste ou d'un blouson imperméable sous une averse brève, mais s'il pleut fort et longtemps, vos cuisses seront trempées et l'eau ruissellera dans vos bottes. La solution consiste à acheter de grandes chaps en cuir gras ou en tissu imperméable.
Coton huilé ou matériau plus moderne ?
Chacun son goût. Les fibres imperméables (type goretex) sont beaucoup plus légères et plus souples que le coton huilé (type Barbour). Ces nouvelles matières sont parfaitement imperméables et sèchent vite. Le coton huilé, lui, a le charme et la beauté des matières qui se patinent. Après quelques mois d'usage, il est «fait» à votre forme. Les cotons huilés de bonne qualité sont inusables mais demandent un entretien régulier.
Un pull et un coupe-vent
Quand le temps est froid mais sec, un pull en fourrure polaire convient parfaitement. Il est à la fois léger, souple, chaud, respirant et facile à laver. Mais ce genre de matière a le défaut de laisser passer le vent. Si Éole se lève, enfilez par-dessus votre pull un coupe-vent, facile à emporter car peu volumineux. Certains fabricants proposent des pulls laine polaire doublés d'une membrane coupe vent.

Par temps chaud

Monter à cheval par 40°C à l'ombre n'est guère agréable. Il faut y être bien préparé et songer à alléger son équipement.
Gare aux coups de soleil !
Lorsqu'on est à cheval, en mouvement, on oublie parfois l'ardeur des rayons du soleil. Pourtant, que vous montiez dans la carrière ou en extérieur, vous êtes très exposé. Munissez-vous d'une crème solaire efficace et enduisez-vous régulièrement le visage, le cou et les bras. Si la température est caniculaire, laissez vos bottes au vestiaire et remplacez-les par des boots et des mini-chaps. Vous pouvez également mettre des chaussures de marche ou de sport, à condition qu'elles possèdent un véritable talon et un système de laçage qui ne risque pas de se coincer dans l'étrier.
Privilégiez les tissus légers
Pour les grosses chaleurs, il existe des culottes de cheval en coton ou en microfibres. Des pantalons légers peuvent faire l'affaire, mais méfiez-vous des coutures qui font mal. Pensez à l'importance de sous-vêtements confortables et protecteurs. Choisissez des slips et soutien-gorge en coton ou en microfibre sans coutures gênantes. En ce qui concerne le haut du corps, préférez une chemise légère, à manches longues et pourvue d'un col, au T-shirt. Après cinq heures de marche sous le soleil, vous en comprendrez l'intérêt.
Bombe obligatoire
Par grosse chaleur, on rêve parfois de jeter sa bombe aux orties. Ce n'est ni très prudent, ni très honnête pour les gens qui vous encadrent et qui assument les risques en cas d'accident. Le mieux est de se rabattre sur les casques les plus légers. Il existe certains modèles en polystyrène qui tiennent moins chaud que le feutre et le velours des couvre-chefs traditionnels. Choisissez un modèle pourvu d'une ventilation efficace. Vous pouvez même, en cas de chaleur écrasante, opter pour le casque de cycliste comme le font les cavaliers d'endurance.

Aucun commentaire: