Tondre comme un professionnel


Une fois que l'on maîtrise le b.a.-ba de la tonte, on peut envisager des « coupes » diverses, qui conviennent à l'activité du cheval ou mettent en valeur son modèle.

Les différentes tontes

On distingue essentiellement quatre types de tonte, qui ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients. A partir de ces modèles, on pourra imaginer, selon les besoins ou son humeur, les dessins qu'on voudra.
La tonte de club
C'est la tonte la plus simple : on se contente de raser le poil sur une large bande centrale, qui correspond en gros aux parties où le cheval transpire le plus. Elle est vite faite et présente l'avantage de laisser le poil sur le dos et l'encolure. Ainsi, une simple couverture suffira à tenir chaud au cheval, ce qui évitera une dépense importante. Durant les reprises où l'activité est parfois assez ralentie, le cheval ne risque pas d'attraper froid au rein. En revanche, le poil, sur le dos et l'encolure, nécessite, quand il reste long, un sérieux entretien.
Sur le plan esthétique, cette tonte n'est guère jolie, surtout chez les chevaux un peu lourds.
La tonte de chasse
Très employée avec les chevaux peu rustiques et ceux qui travaillent beaucoup en extérieur; cette tonte laisse le poil long sur la partie la plus sensible au froid : le dos, le rein et l'arrière-main. Elle évite l'usage d'un couvre-rein en début de travail. Cette coupe nécessite un peu plus de temps que la tonte de club, mais, étant simple, elle reste rapide à réaliser.
Certains la trouvent belle et l'aiment beaucoup ; il est vrai qu'elle va bien aux chevaux fins et un peu longs comme les pur-sang. L'effet est moins réussi lorsqu'il s'agit de modèles massifs ou courtauds.
La tonte classique
Destinée aux chevaux qui travaillent de façon assez intensive, cette tonte assez simple à réaliser demande un peu plus de temps que les précédentes. On rase le poil sur la plus grande partie du corps en ne le laissant que sur les membres, la tête et sur une petite partie du dos correspondant à la zone d'appui de la selle. Dans une version plus sophistiquée,on tond la moitié de la tête suivant une ligne médiane qui part de l'oreille, on passe à une main sous l'œil et on aboutit à la commissure des lèvres, menton et ganaches étant rasés.
Les chevaux ainsi tondus doivent porter un couvre-rein en début de travail lorsqu'ils partent en extérieur par temps froid et humide.
La tonte de concours
La tonte de concours laisse le cheval nu comme un ver, sauf sous la selle ! Le cheval doit être bien couvert car rien ne le protège plus contre le froid et l'humidité. Il doit porter un couvre-rein en début de travail.
Cette tonte prend beaucoup de temps et demande une main experte : comptez au moins 1h45. Sur le plan esthétique, c'est sans doute la plus réussie, puisqu'elle laisse un cheval parfaitement net et brillant, dont le poil est facile à entretenir. Elle permet en outre de détecter au premier coup d'œil atteintes, gonflements, chaleurs suspectes, irritations, etc.
Le coin du pro
Tondre les membres est l'affaire d'un soigneur sûr de lui. Il est parfois préférable de faire tenir un antérieur du cheval afin qu'il n'agite pas le membre que l'on est en train de tondre.

Aucun commentaire: