La pigmentation

Les pigments mélaniques sont des molécules que l'on trouve dans les poils, dans les crins et dans la peau des chevaux. Ils ont la propriété d'absorber la lumière et de servir d'écran solaire naturel.

Deux mélanines pour une infinité de robes

Les pigments mélaniques sont produits par certaines cellules de la peau et expédiés ensuite dans les poils. La concentration et la disposition de ces petites taches de couleur sont responsables de la multiplicité des robes que l'on connaît chez le cheval.
Deux couleurs seulement
Étonnamment, il n'existe dans les poils des chevaux que deux pigments. Ils permettent pourtant de produire l'infinité des teintes qui caractérisent leurs robes. Ces pigments se nomment l'eumélanine et la phaéomélanine. Le premier est noir et le second marron-rouge. Comment ces deux molécules aboutissent-elles à autant de couleurs différentes ? Elles peuvent tout d'abord se mélanger dans diverses proportions. Elles peuvent ensuite se répartir de manière très différentes au sein du poil, par exemple juste à son extrémité, sur un axe central ou encore en bandes ou en grappes.
Un ou deux pigments
Le pigment marron-rouge est, par exemple, le seul responsable de toutes les nuances de la robe alezane, mais aussi du palomino, du café au lait ou du crème. Le pigment noir peut devenir gris chez les chevaux souris. La combinaison des deux pigments, comme chez les bai, les isabelle, les alezan brûlés, etc., augmente considérablement le nombre des possibilités.
Blanc en l'absence de pigment
Un poil blanc est un poil dépourvu de pigments. Ceux-ci peuvent être restés dans la peau (alors noire) ou au contraire ne jamais avoir été fabriqués (la peau est alors rose). Dans le premier cas, on parlera d'un cheval gris, tandis que dans le second, on l'appellera blanc véritable ou crème, si quelques rares pigments persistent à donner au poil une couleur blanc cassé.
Des sabots blonds ou bruns
La corne, comme le poil, peut être plus ou moins colorée. Sous une balzane, le sabot est plus volontiers clair. Bien que cela n'ait jamais été démontré, la corne blonde semble plus tendre et plus fragile que la corne brune. En l'absence de toute pathologie, les pieds clairs sont d'ailleurs légèrement plus évasés que les pieds foncés.
Les coups de soleil
Protégés par leurs poils et leur peau sombre, les chevaux attrapent rarement un coup de soleil. Cela arrive tout de même parfois, là où la peau est rose: sous les marques en tête ou les balzanes. Les chevaux de couleur, comme les pie ou les appaloosas, y sont également sujets dans les zones où leur poil est blanc. La prévention passe, comme chez l'homme, par l'usage de crèmes solaires et par la possibilité de se mettre à l'ombre.

Sous les poils : la peau

Lorsque l'on analyse la robe des chevaux, on pense rarement à inspecter la couleur de leur peau. En soulevant les poils, on découvre pourtant des teintes de peau fort différentes qui donnent des indications sur l'origine génétique des robes.
Une peau sombre
Le plus souvent, le cheval est noir sous ses poils noirs ou fauves. Essayez de soulever une petite touffe de son pelage, vous verrez que sa peau est d'un gris plus ou moins foncé. Il n'y a que sous les zones de poils blancs que la peau est aussi rose que la nôtre. C'est d'ailleurs là que les équidés attrapent facilement des coups de soleil. Vérifiez-le sous les balzanes ou sous les marques en tête. La peau est également rose sous les plages blanches des pie ou sous celles des appaloosa capés (ex blanket).
Les gris ont la peau noire
Mais attention, les chevaux gris devenus blancs n'ont pas ce teint couleur chair. Leur peau est au contraire plus noire que celle des autres. On le comprend lorsque l'on sait que si ces chevaux grisonnent, c'est parce que les pigments s'accumulent dans la peau, au lieu de migrer dans les poils. C'est d'ailleurs à cause de cette surcharge en pigments que les chevaux gris développent souvent des tumeurs (appelées mélanomes) au niveau de la gorge ou sous la queue.
Retrouver les balzanes
Toutefois, même les gris devenus complètement blancs conservent des zones de peau rose, là où siégeaient leurs balzanes ou leurs marques en tête. En mouillant les jambes d'un gris, on peut donc retrouver la zone de dépigmentation qui rappelle la présence d'une ancienne balzane.
Les pigments de la vie
Ce sont peut-être les pigments qui ont permis l'émergence de la vie. Le premier de tous est la chlorophylle, qui donne sa couleur verte aux plantes et leur permet de se nourrir à partir du soleil, du gaz carbonique et des minéraux du sol. Via les plantes, elle nourrit aussi les animaux Le second pigment est l'hémoglobine. Elle confère sa couleur rouge au sang et permet le transport de l'oxygène. C'est un autre pigment rouge qui permet la vision, il se nomme la rhodopsine. Enfin, la famille des mélanines protège la peau du soleil.

Aucun commentaire: