Les soins des membres

Quatre cents kilos, c'est lourd, même quand on a quatre pattes. Dès qu'il fait un effort important, le cheval met ses membres à rude épreuve. De retour à l'écurie, il mérite des soins attentifs qui lui permettront de récupérer rapidement.

Une demi-tonne

Un cheval moyen pèse entre 400 et 500 kg : 125 kg sur chaque pied ! Cela ne pose pas de problème tant qu'il est jeune et, surtout, tant qu'il mène une vie naturelle, c'est-à-dire à l'extérieur, marchant beaucoup, mais fournissant peu d'efforts intenses.
Sports et loisirs
Le cheval au travail, lui, fait souvent exactement l'inverse. Il reste enfermé dans son box pendant des heures et en sort pour galoper, sauter, trotter allongé, bref, il fournit beaucoup d'efforts importants avec un cavalier sur le dos. En compétition, toutes les disciplines fatiguent les membres du cheval. Cela dit, même si votre monture mène une vie tranquille, même si les séances de travail ne l'éprouvent pas, vous devez surveiller et bichonner ses membres et ses pieds.
Un travail équilibré
Le meilleur des soins, et la plus sage des préventions, c'est, bien sûr, un travail équilibré. Il faut faire travailler le cheval pour l'assouplir, le muscler et le mettre en souffle. Une musculature ou un souffle insuffisants sont souvent à l'origine de problèmes articulaires ou des tendons. Il faut aussi répartir intelligemment les efforts pour mettre son cheval en forme tout en l'économisant. Les chevaux d'obstacles de haut niveau, par exemple, sautent peu en dehors des épreuves. Les chevaux de dressage doivent se délasser en extérieur et les chevaux d'extérieur se muscler par des séances de travail sur le plat.
Ménager sa monture
Le cavalier soucieux d'épargner les membres de son cheval ne doit pas abuser des mouvements qui mettent fortement à contribution les tendons et les articulations : obstacle, travail au galop, travail sur deux pistes, airs d'école, transitions importantes et tout travail de fond et d'endurance.
Au quotidien
Après toute séance de travail, livrez. vous à un examen consciencieux des membres. Nettoyez-les et séchez-les au préalable si cela est nécessaire. Curez les pieds et assurez-vous qu'aucun corps étranger ne s'est enfoncé dans la corne. Tâtez la paroi afin d'en évaluer la température : elle ne doit pas être élevée. Au repos, les pieds doivent être frais. Examinez ensuite les membres. Passez la main le long des tendons, palpez les articulations (genoux, boulets, jarrets, mais aussi coudes et rotules), pour détecter échauffement, engorgement, blessure ou rugosité de la peau. Vérifiez le creux des paturons : il doit être propre et lisse. Une peau fendillée, rugueuse, un relief autour du pli révèlent des problèmes de peau ou un début de crevasse.
En revenant de l'extérieur
A l'extérieur, surtout si l'on évolue sur des terrains variés, ou si le sol est profond ou, à l'inverse, dur et caillouteux, les atteintes sont fréquentes. Au retour, douchez les membres avec un jet à faible pression pour les rafraîchir et les nettoyer. Essuyez- les avec un linge propre en prenant soin de bien sécher le creux du paturon. Curez les pieds et examinez-les.
Le bon geste
Le lendemain d'un effort ne laissez pas le cheval enfermé toute la journée. Ôtez les bandes de repos et promenez-le tranquillement au pas, si possible en main, une ou deux fois 15 mn. Vous pouvez aussi le mettre ou paddock durant 1 heure. Douchez les membres, séchez-les et remettez les bandes de repos.
Ne jouez pas à l'apprenti vétérinaire
Sur le bas des membres, la peau repose directement sur les tendons et les articulations. La moindre blessure peut atteindre des tissus sensibles, gaine d'un tendon ou cartilage d'une articulation. En cas d'atteintes très superficielles, un nettoyage à l'eau courante suffit. Utilisez éventuellement un désinfectant prescrit par le vétérinaire. Évitez les produits teintés, qui rendent difficile le diagnostic en cas de complication. Toute blessure profonde, étendue ou qui saigne abondamment relève du vétérinaire.

Après l’effort

Les lésions qui surviennent à l'obstacle peuvent se répartir en deux grandes catégories : les traumatismes et les blessures provoqués par les chocs (le cheval touche les barres ou tombe), l'échauffement dû à l'effort.
Un examen méticuleux
Immédiatement après la séance, douchez les membres avec un jet à faible pression pour les rafraîchir. Livrez- vous à l'examen habituel des membres. Le lendemain, tâtez les pieds et les tendons, palpez les articulations : un échauffement, un engorgement, une douleur due à un choc mettent parfois un certain temps à apparaître.
Bandes et terres médicinales
Tout effort important, qu'il s'agisse d'une longue randonnée, d'une compétition ou, même, d'une séance de travail intense, met fortement à contribution les membres du cheval. Juste après l'effort, douchez longuement ceux-ci sauf par temps très froid. Pour prévenir échauffement et engorgement, posez des bandes de repos. Les cataplasmes permettent également de prévenir ou de résorber un engorgement. L'argile est un remède simple, doux et efficace. La poudre armoricaine et l'antiphlogistine, plus astringentes, ne doivent être utilisées qu'occasionnellement.
Signes d'usure
Certains gonflements mous au niveau des articulations traduisent une usure des membres : c'est le cas des molettes, au niveau du boulet, et de l'hydarthrose du jarret. Ces affections difficiles à soigner ne sont pas forcément douloureuses, mais elles doivent vous amener à tempérer vos exigences. Une activité régulière et modérée, accompagnée de douches et de cataplasmes d'argile, semble encore le meilleur des remèdes.

Aucun commentaire: