Le pansage des grands jours

Au quotidien, le pansage en quatre temps (étrille, bouchon, brosse en soie, cure-pied) est en général suffisant. Mais, de temps en temps, lors d'une sortie ou simplement pour «faire beau» votre cheval, un pansage plus sérieux est nécessaire.

Des finitions qui font la différence

Le pansage des grands jours est un pansage fait à fond, auquel on ajoute quelques finitions qui font toute la différence.
Au travail
  1. Commencez par étriller le cheval à fond avec une bonne étrille en plastique, qui décolle bien la poussière et fait briller le poil. Évitez la tête et les parties osseuses ou sensibles (ventre, intérieur des cuisses). Passez ensuite le bouchon avec le plus grand soin sur tout le corps, sans oublier le creux de l'auge, la base de la crinière, la nuque, les membres sur toute leur hauteur (frottez bien les genoux), la pointe des jarrets, les boulets, et brossez soigneusement le creux des pâturons. Au passage, brossez rapidement les crins pour les dépoussiérer.
  2. Passez la brosse douce sur tout le corps, tête et membres compris. Consacrez y tout le temps nécessaire : la brosse douce fait des miracles si l'on y met un peu d'ardeur. Prenez maintenant une époussette bien propre et passez-la partout, avec un soin particulier sur la tête et les membres. Débarrassez-la régulièrement de la poussière accumulée en la faisant claquer loin du cheval.
  3. Il vous faut deux éponges douces et propres. Mouillez la première éponge avec un peu d'eau tiède et propre, essorez-la, et passez-la autour des yeux. Rincez-la et nettoyez la partie externe des naseaux, et si nécessaire la commissure des lèvres.
  4. Jetez l'eau ; rincez le seau et remplissez-le à nouveau d'eau tiède et propre. Mouillez la seconde éponge et nettoyez l'anus et les parties génitales : pourtour de la vulve et mamelles chez les juments, fourreau chez les mâles.
  5. Curez les pieds avec soin, puis brossez-les avec une petite brosse en chiendent afin que la sole et la fourchette soient tout à fait nettes. Brossez si nécessaire la paroi du sabot pour éliminer la paille ou le crottin collés. A l'aide d'un pinceau, enduisez de graisse à pieds ou d'huile l'intérieur, puis l'extérieur du sabot.
Le bon geste
Les queues claires virent facilement au jaune pisseux : il faut les laver régulièrement. Utilisez un shampooing doux sans parfum ou un shampooing spécial pour chevaux gris.

La crinière et la queue

Rien de tel que des crins brillants et aériens pour mettre en valeur la beauté et le panache du cheval.
Au travail
  1. Une fois que vous avez dépoussiéré la base de la crinière avec le bouchon et la brosse en soie, livrez-vous à un démêlage soigneux des crins tout au long de l'encolure, sans oublier le toupet : le mieux est d'utiliser une brosse à cheveux à dents assez espacées et rigides.
  2. La queue d'un cheval peut être très fournie. Pour bien la démêler sans casser des crins, prenez votre temps. Procédez d'abord à un démêlage à la main, en séparant les crins mèche par mèche, sans tirer. Défaites les nœuds patiemment, sans les arracher. Employez ensuite un petit bouchon, une brosse douce ou une brosse à cheveux pour parfaire le démêlage en douceur. Posez-la en haut de la queue et laissez-la glisser le long des crins ; évitez d'«attaquer» à coups de brosses à toutes les hauteurs.
Le coin du pro
Les chevaux gris sont particulièrement difficiles à «ravoir» : pour retirer les taches jaunes au verdâtres, il existe différents trucs. Essayez la recette traditionnelle, qui consiste à frictionner la tache avec du charbon de bois avant de la nettoyer comme à l'ordinaire. On trouve aussi en vente des produits spécialement destinés au pansage des chevaux gris ou de robe très claire : stick pour les taches fraîches, étrille spécifique (pour les parties charnues seulement), shampooing sec pour les zones difficiles comme les coudes ou la pointe des jarrets.

Aucun commentaire: