Le pivot sur un antérieur

Le premier et le plus simple des contrôles de l'arrière-main consiste à obtenir un pivot sur un antérieur. Le cheval « plante » littéralement l'antérieur droit ou gauche au sol et tourne autour en restant bien droit.

Premier pas vers les déplacements latéraux

Le pivot sur un antérieur exige du cavalier l'indépendance des aides et le contrôle des mouvements ; du cheval, une bonne réponse à la jambe isolée et une franche cession au mors.
Comment procéder
  1. Marchez tranquillement au pas, en gardant votre cheval attentif, et demandez un arrêt « carré », condition indispensable à la qualité de la manœuvre. Maintenez le regard droit en avant et imaginez le déplacement que votre vision va subir pendant la rotation. Ne regardez pas le cheval.
  2. Levez légèrement vos mains pour faire comprendre au cheval que la porte vers l'avant est fermée. Ne tendez surtout pas les rênes : il reculerait. Par la suite, vos mains ne doivent plus bouger.
  3. Reculez légèrement votre jambe droite et mettez-la au contact. Le cheval engage le postérieur du côté où vous avez placé la jambe. Relâchez l'action de la jambe, puis reprenez afin que chaque pas de côté libère le cheval de la pression de la jambe. La jambe gauche, elle, s'écarte du cheval.
  4. Pour arrêter le mouvement, anticipez du regard l'endroit et la position voulue. Dites « Wôa », puis écartez la jambe droite et venez placer la gauche à peine au contact. Dès que le cheval amorce l'arrêt (vous le sentez dans l'assiette), relâchez toutes les aides et ne bougez plus.
A éviter
Lorsque le cheval ne part pas correctement, on est souvent tenté d'utiliser les mains pour rectifier le mouvement. Cela est inutile et ne fera qu'aggraver la situation. En fait, la principale difficulté pour le cavalier consiste à ne pas bouger.

Que faire si ...

Cheval et cavalier rencontrent toujours, avant de maîtriser parfaitement cette figure, quelques difficultés. Les plus courantes sont faciles à résoudre.
Le cheval part en pas de côté
Votre jambe n'est pas suffisamment reculée. Soyez plus clair : reculez-la plus franchement.
Le cheval ne se déplace pas du tout
Vérifiez que votre jambe intérieure est bien écartée du cheval. Assurez-vous aussi que la jambe extérieure, celle qui indique le sens du mouvement, est placée au bon endroit. Après avoir pris ces précautions, insistez. Si nécessaire, utilisez, avec modération, vos éperons. Si les résultats ne sont pas satisfaisants, il faut peut-être reprendre au sol le travail de cession à la pression.
Le cheval avance
La porte vers l'avant n'est pas fermée. Vos mains doivent se lever un peu plus, mais attention de ne pas prendre le contact comme pour un reculer.
Le cheval recule
Trop de main ! Baissez-les légèrement et prenez garde de ne pas tendre les rênes.
Le cheval plie l'encolure
L'une de vos rênes travaille plus que l'autre. Rééquilibrez la longueur des rênes et l'action de vos mains.
Vous faites tout ce qu'il faut, mais ça ne marche pas
Si, malgré des aides bien employées, le cheval ne répond pas correctement, il faut sans doute reprendre au sol le travail de cession à la pression.

2 commentaires:

Bambou a dit…

Juste ce petit message pour vous remercier d'avoir fait un site si agréable à parcourir! J'ai lu absolument tous les articles dans leur entièreté!! J'y ai trouvé une multitude de petits détails qui m'aideront grandement à soigner et vivre avec la jument que je viens d'acquérir: négligée plus d'un an, je l'ai recueillie pour la soigner, mais je n'y connais rien ...Alors un pas à la fois, aidée du véto et du maréchal-ferrant, nous nous apprenons l'une l'autre, et je découvre cet univers absolument passionnant.
Bonne continuation

Anonyme a dit…

Je tiens à vous remercier pour avoir créé un site aussi instructif, ca va beaucoup m'aider !
Un grand merci à vous !!!