Introduction au CSO

Le CSO, parce qu'il attire un public important et qu'il est souvent retransmis à la télévision, contrairement aux autres disciplines équestres, est sans doute le domaine de compétition qui fait le plus rêver les jeunes cavaliers.

Concours de saut d’obstacle

Le concours de saut d'obstacle est la discipline équestre la plus largement pratiquée dans toute l'Europe. Elle n'a pourtant guère plus d'un siècle d'existence.
Qu'est-ce que le CSO ?
Le concours de saut d'obstacle repose sur un principe très simple : après avoir franchi la ligne de départ, chaque concurrent doit sauter un certain nombre d'obstacles (une bonne dizaine en général) en respectant le parcours tracé par les organisateurs et le temps accordé. Chaque faute (obstacle renversé, refus, erreur de parcours, etc.) est pénalisée par des points. Il existe différents types d'épreuves, chronométrées ou non, par équipe, en relais, etc. La difficulté technique et la taille des obstacles varient selon le niveau de l'épreuve.
Juger le saut avant tout
Les obstacles de CSO sont mobiles : leurs éléments se dispersent en cas de choc. Le parcours est toujours assez bref. C'est le coup de saut du cheval, sa technique et son agilité qui sont testés, non son endurance ou sa vitesse. Si le dressage qu'il a reçu et le style de son cavalier sont déterminants pour la réussite de l'épreuve, ils ne sont néanmoins pas pris en compte par le jury (sauf pour les épreuves Hunter).
Un peu d'histoire
La pratique du saut était quasiment inconnue jusqu'au XIXe siècle en dehors de la vénerie où il fallait sauter les haies et les barrières derrière le gibier et des courses de clochers traditionnelles dans les Îles Britanniques. Le concours hippique apparut dans la seconde moitié du XIXe siècle, en même temps que les modes du sport et de la vie en plein air se répandaient dans les milieux chics en France.
Des épreuves internationales
Au début du XXe siècle, la pratique des concours hippiques s'étend à presque toute l'Europe. Le premier concours international se déroule à Turin en 1902. C'est l'époque où Federico Caprilli, un capitaine italien, révolutionne le saut d'obstacle par sa méthode d'équitation naturelle. La première Coupe des Nations est créée en 1909. Jusqu'en 1921,les épreuves se disputent selon les usages en vigueur dans la nation organisatrice, ce qui ne simplifiait pas le déroulement des concours. Pour remédier à cette situation, les nations, d'un commun accord, décidèrent de créer la Fédération équestre internationale, dont le premier règlement entra en vigueur l'année suivante. Cette fédération gère encore aujourd'hui le monde de la compétition équestre.

Une excellente école

Participer à des concours hippiques est une excellente école pour former la technique et le tempérament du cavalier de compétition.
Les concours : la meilleure formation
Des concours hippiques ont lieu partout, à tous les niveaux. Participer à ces épreuves est à la portée de tous les cavaliers, qu'ils possèdent ou non un cheval. Nulle part, ils n'apprendront mieux à conserver leur sang-froid, à améliorer leur technique, à résoudre leurs problèmes tout en ménageant leur monture.
De gros moyens
Néanmoins, les jeunes cavaliers qui espèrent percer dans cette discipline doivent être conscients que la concurrence est très importante. Pour parvenir au niveau national ou international et s'y maintenir, il faut un talent remarquable, un travail constant, et beaucoup de chance ou d'argent pour trouver le cheval qui convient. Car l'athlète, c'est bien lui, et quel que soit votre don pour l'obstacle, vous ne parviendrez à rien sans une bonne monture, c'est-à-dire un cheval de prix.

Aucun commentaire: