L'Akhal-téké

L'Akhal-téké

Un sang pur

Selon la version officielle, l'akhal-téké est une race pure, aussi ancienne que celle du pur-sang arabe. Il est bien vrai que ce cheval est unique, tant par son modèle que par son extraordinaire endurance.
La garde de Darius
La pureté de l'akhal-téké est bien difficile à démontrer, tant ses origines se perdent dans un passé lointain et nébuleux. On appréciait déjà les chevaux de courses d'Ashkabad plus de mille ans avant J.-C. Cinq cents ans avant notre ère, la garde du roi Darius et les soldats des régions environnantes montaient des chevaux d'un type très semblable.
Des coursiers légers
Les Turkmènes ont depuis des siècles la passion des courses. Ils se sont attachés à élever des montures particulièrement fines et sèches, longues en jambes et d'une extraordinaire endurance. On raconte qu'ils enveloppaient leurs chevaux dans d'épaisses couvertures en feutre pour les protéger des nuits froides du désert, ce qui fait que les animaux n'avaient pas besoin de produire le moindre gramme de graisse pour lutter contre le froid. Les coursiers recevaient également une nourriture assez particulière, riche en protéines et pauvre en fibres, comportant notamment... de la graisse de mouton.
Le cheval turc
Ce cheval mince et rapide était déjà connu dans les cours d'Europe au XVIIe siècle. On l'appelait alors « cheval turc ». Certains prétendent même que les étalons fondateurs des grandes lignées de pur-sang, Darley Arabian et Byerley Turc, n'étaient autres que des akhal-tékés.
Naissance du stud-book
Après la révolution russe et durant toute la période communiste, la race fut gérée par les autorités soviétiques. Le premier stud-book de la race fut ouvert en 1941. Après l'éclatement de l'URSS, les autorités turkmènes tentèrent de reprendre en main l'élevage des akhal-tékés ; pour les Turkmènes, ce cheval est une sorte de trésor national. Mais le manque de moyens ne leur permit pas de gérer le stud-book, tâche qui revint à l'institut russe du cheval de Riasan.
Pur-sang et demi-sang
Aujourd'hui, cet institut fait autorité. Il a décidé en 1981 d'exclure certains sujets et de leur ouvrir un stud-book à part, celui des demi-sang. Longtemps préservé de tout métissage par la situation particulière de l'Union soviétique, l'akhal-téké a conservé, plus que la plupart des races européennes, la spécificité de sa race. Presque inconnu en Europe il y a encore quelques années, il fait depuis peu l'objet d'un engouement notable.
Le saviez-vous ?
Aujourd'hui encore, la ration traditionnelle des akhal-tékés dans leur région d'origine comporte de la luzerne sèche, des boulettes de graisse de mouton, de la pâte frite et des céréales : un régime hautement énergétique, qui ne conviendrait peut-être pas à nos chevaux de selle !
Cheval du désert
Le berceau de l'akhal-téké est le Turkménistan, ancienne république de l'ex-Union soviétique. L'akhal-téké y a acquis toutes les caractéristiques d'un cheval du désert : sec, sobre, tout en jambes, avec des tissus fins et sombres. Sa résistance à la chaleur est remarquable.

Type et tempérament

Modèle
Le modèle de l'akhal-téké est assez éloigné du standard du cheval de sport occidental. C'est avant tout un cheval sec et léger. Haut sur pattes, il possède un dos long et une croupe souvent avalée. La poitrine, moyennement profonde, étroite, est remarquablement musclée. L'encolure longue et renversée sort presque à la verticale des épaules, ce qui confère à l'akhal-téké une allure altière et, trait spécifique de la race, place sa bouche au-dessus de la main du cavalier. La tête est mince et sèche, avec des oreilles relativement grandes et un regard tranquille et intelligent. L'épaule oblique et les membres très longs donnent une grande amplitude au cheval, qui se distingue sur les champs de courses (sans rivaliser avec le pur-sang anglais). La jambe (partie située entre le jarret et la cuisse) de l'akhal-téké est étonnamment mince. Sa taille moyenne se situe entre 1,55 m et 1,60 m au garrot
Robe
Bai, brun, alezan, louvet et toutes les nuances d'or et d'argent jusqu'au plus pâle rayon de lune. Le poil très ras, soyeux, et la peau très fine de l'akhal-téké sont deux des caractéristiques de cette race du désert. Les crins sont fins et peu abondants.
Caractère
Vif, plein de feu et de tempérament, l'akhal-téké est néanmoins plus équilibré que le pur-sang. Il est apprécié en endurance et en TREC, où quelques sujets font peu à peu leur apparition. C'est un cheval gentil mais sensible, qui ne convient pas à tous les cavaliers.

Aucun commentaire: