Le sommeil et le repos

Le cheval dort debout, c'est bien connu ! Mais il lui arrive aussi de se coucher. Qu'il dorme debout ou couché, il est essentiel de lui ménager des phases de repos au calme, garantes d'un cheval bien disposé et en bonne santé.

Un sommeil très concentré

Comme beaucoup de quadrupèdes herbivores, le cheval consacre peu de temps au sommeil et ne s'y abandonne totalement que pendant de très courtes périodes. En outre, il a le sommeil susceptible : il lui faut du calme !
Jamais deux sans trois
Comme le nôtre, le sommeil du cheval se répartit en trois phases : une phase d'endormissement, une phase de sommeil lent et une phase de sommeil paradoxal. Pendant la première phase, l'animal somnole. Le cœur et la respiration ralentissent. Pendant le sommeil lent, le cerveau se met au repos, mais la tonicité musculaire persiste en partie. Le sommeil paradoxal est à la fois le plus profond et le plus agité. Durant cette phase, l'animal (ou la personne) est totalement relâché mais son cerveau s'active : il rêve.
Dormir debout
Pendant les phases d'endormissement et de sommeil lent, le cheval peut dormir debout. Il dispose pour cela d'un système très efficace de blocage des articulations : certains ligaments bloquent les jarrets et les genoux. Les membres du cheval deviennent aussi rigides que des piquets de clôture. Il peut dormir sur ses deux oreilles ou du moins sur ses quatre pattes !
Comme une vache ?
Le cheval choisit parfois de se coucher « en vache» , avec les membres repliés sous lui, pour se reposer ou pour piquer un somme. Cela dépend des circonstances, de l'environnement et de son état de fatigue. Cela varie aussi d'un sujet à l'autre : certains chevaux se couchent souvent, même pour une simple somnolence, d'autres très peu.
Rêver couché
Pendant la phase de sommeil paradoxal, le cheval se couche presque toujours. Durant cette phase, ses muscles sont totalement détendus: on dit qu'il est en état d'atonie musculaire. Il s'allonge sur le côté, de tout son long. Son sommeil paradoxal est de courte durée.
Inquiet de nature
Si le cheval dort peu, c'est sans doute parce qu'il occupe une place délicate dans la chaîne alimentaire : herbivore, il doit consacrer beaucoup de temps à brouter et à se déplacer pour se procurer une nourriture suffisante. Il vit plutôt dans des espaces dégagés, exposés au regard des nombreux prédateurs qui le menacent. Pour avoir la vie sauve en cas de danger, il doit réagir vite et fuir. Dans ces conditions, difficile de caser 8 h de sommeil d'affilée ! Les gros dormeurs se trouvent plutôt parmi les carnivores qui mangent de grosses quantités en une fois et ont peu d'ennemis dangereux ; il suffit d'étudier la journée d'un lion pour s'en convaincre !
Le saviez-vous ?
Un étalon domestiqué se comporte exactement de la même manière qu'un étalon sauvage. C'est pourquoi la présence d'une jument en chaleur peut rendre un cheval entier difficile, voire dangereux à monter pour le cavalier.
Le coin du pro
Les chevaux qui se couchent fréquemment « en vache » peuvent souffrir d'une tare molle, l'éponge, qui se forme à la pointe du coude, là où le fer appuie. Il suffit en général de faire poser aux antérieurs des fers adaptés, tronqués. La friction étant supprimée, la tare disparaît en général d'elle-même.

Relais du silence

Chacun son tour
Comme beaucoup d'animaux, le cheval a besoin de se trouver dans un environnement calme et de se sentir en confiance pour piquer un somme. En liberté et au pré, les chevaux se relaient afin qu'un ou plusieurs d'entre eux montent la garde tandis que les autres dorment. Ils choisissent souvent les moments les plus chauds de la journée pour, selon les saisons, s'endormir au soleil ou s'étendre à l'ombre.
Trois étoiles
Au box, le cheval doit disposer d'un espace suffisamment grand pour pouvoir s'allonger de tout son long. Malheureusement, les stalles ne sont pas toujours d'un grand confort. Une litière épaisse et propre fournit une couche moelleuse. Le cheval doit pouvoir se retirer au calme plusieurs fois par jour, de préférence après les repas. Il est bon d'aménager une sorte de couvre-feu dans les écuries entre 12 h et 14 h pour que les chevaux récupèrent tranquillement.
A surveiller
Un cheval qui se couche plusieurs fois par jour pendant des périodes prolongées souffre sans doute d'une fatigue excessive ou « couve quelque chose ». S'il subit un entraînement intensif, relâchez l'effort. Si votre cheval a un rythme de travail qui ne justifie pas sa fatigue, surveillez-le et faites-le éventuellement examiner par un vétérinaire.
Le rêve : une fonction vitale
Les mystères du rêve ne sont pas encore élucidés, mais on pense aujourd'hui qu'une de ses fonctions est la «mise à jour» des données de notre ordinateur interne. Si l'on prive un individu de son cycle de sommeil paradoxal, durant lequel survient le rêve, il devient irritable, montre des troubles de la mémoire et des signes d'épuisement nerveux.

Aucun commentaire: