Marcher et courir en main

Si le cheval, animal de trois à cinq cents kilos, se laisse mener par le bout du nez de bonne grâce, c'est uniquement une question d'éducation. De la confiance et du respect à dose égale garantissent sa décontraction et son obéissance.

L'obéissance en douceur

Un cheval bien dressé suit son maître littéralement comme un chien. Il ne doit ni tirer, ni se faire traîner, mais vous suivre de son plein gré en se réglant sur votre allure.
Un apprentissage précoce
La plupart des chevaux apprennent à se laisser mener quand ils sont très jeunes. Dans les élevages, on habitue le poulain au licol de bonne heure : lorsqu'on conduit les juments au pré, une personne tient la jument et une autre le poulain. Il apprend ainsi, en imitant sa mère, à marcher calmement et en confiance près de l'homme. Cette familiarité précoce facilite beaucoup, par la suite, l'apprentissage du travail en main.
C'est lui le plus fort
Il peut arriver toutefois que l'on ait affaire à un cheval de deux ans ou plus qui ne sait pas marcher correctement en main. Peu habitué à être manipulé, il réagit à tout instant, passe devant, tire, se cabre, fait des écarts... Cette situation est dangereuse. En main, le cheval nous oppose un poids important. Inutile d'essayer de résoudre le problème par la force ou par une autorité qui n'est pas encore acceptée. Travaillez avec lui comme avec un poulain : en utilisant un cheval locomotive !
Le petit train
Que ce soit avec un cheval adulte ou avec un poulain, l'apprentissage du travail en main se fera facilement avec l'aide d'un autre cavalier et d'un cheval calme. Suivez celui-ci à une distance suffisante pour éviter les coups de pied. Accompagnez les actions avec la voix (marche, oooh, trotte, etc.) tout en imitant le cheval qui précède. Après plusieurs séances sur ce modèle, commencez à promener le cheval en main seul à proximité de son box ou dans son enclos, puis sur des trajets qui lui sont familiers. Complétez l'apprentissage par un travail à la longe. Consacrez du temps au travail en main : c'est le fondement de l'obéissance et de la confiance du cheval envers vous. Le dialogue qui s'établit alors déteindra sur l'ensemble de vos relations !
Et s'il refuse d'avancer ?
Si le cheval refuse d'avancer, ne le tirez pas en vous plaçant devant lui. Évitez surtout de lui faire face en le regardant ! Poussez fortement sur son épaule tout en l'amenant à courber l'encolure pour l'obliger à tourner sur place. Profitez du moment où il déplace son antérieur pour amorcer le mouvement en avant.
Licol ou filet?
S'il s'agit d'un poulain, on utilise bien sûr le licol. Pour un cheval plus âgé mais difficile, le choix est plus délicat. Il ne doit pas faire l'expérience de sa force en vous arrachant la longe des mains. D'un autre côté, des sensations douloureuses infligées par le filet risquent de compromettre son débourrage ou son dressage ultérieur. Préférez si possible le licol ou, si le cheval est ombrageux, le caveçon, qui a plus d'impact mais ne risque pas d'abîmer la bouche.
A droite et à gauche
Bien que l'on se place généralement sur sa gauche, le cheval doit savoir marcher et courir en main qu'il soit tenu à gauche ou à droite. C'est indispensable en extérieur car on ne marche pas toujours où l'on veut. Sur la route, par exemple, vous devez vous placer entre le cheval et la circulation afin de le rassurer et d'éviter les débordements côté voitures.

Apprendre à tourner en main

Un lien invisible
Une fois que le contrôle de la direction et de la marche est au point, enseignez au cheval à marcher franchement quand vous vous tenez au niveau de son épaule, mais aussi à marcher derrière vous avec une longe ou des rênes lâches. Il doit vous suivre et rester attentif à vos indications sans pour autant vous marcher sur les talons comme s'il était lié à vous par quelque fil invisible !
Et au trot !
Passez ensuite au travail au trot. Quelques foulées d'abord, aussitôt suivies d'une mise au pas et d'un arrêt. Dessinez ensuite un large cercle, puis une ligne droite suivie d'un demi-cercle. Faites toujours suivre le trot d'un arrêt afin que le cheval ne s'imagine pas que l'on va vite et loin de cette façon. Arrivé à ce stade, votre cheval est prêt pour une présentation de modèles et allures !

Aucun commentaire: