Mise en forme du cavalier de compétition

Observez les cavaliers en compétition : vous verrez combien ils sont athlétiques. Pour les affronter avec les meilleures chances de gagner, travaillez votre corps.

Une forme hippique

Ceux qui prétendent que l'équitation n'est pas un sport sont mal informés. Non seulement c'est un sport, mais c'est un excellent sport, qui fait travailler le corps sans l'abîmer.
Il y a beaucoup de vieux cavaliers
Il suffit d'ailleurs d'observer les professionnels de haut niveau pour se convaincre que l'équitation est une discipline sportive très saine : beaucoup de cavaliers qui tournent dans les compétitions internationales ont dépassé la quarantaine, voire la cinquantaine. Ce qu'on ne peut pas dire des professionnels des autres sports. Il est vrai qu'en équitation, l'athlète, c'est d'abord le cheval. Le cavalier exerce plutôt une saine activité physique, qui le muscle et le maintient en forme, qu'un sport intense.
Un corps harmonieux
Le cavalier de compétition, qui monte plusieurs heures par semaine, fait travailler son corps constamment, sans guère produire d'efforts intenses ou violents. C'est sans doute pourquoi il développe une musculature aussi harmonieuse. L'équitation fait plus particulièrement travailler les muscles du dos, les abdominaux, les biceps, les fessiers et les adducteurs des cuisses. Les à-côtés (le pansage des chevaux, l'entretien des box, la manipulation continuelle du matériel) contribuent à fortifier les pectoraux et les épaules.
Un travail complémentaire
On oublie aussi souvent que les secousses transmises par le cheval au cavalier sont excellentes pour la calcification osseuse et pour le renforcement des tendons. Toutefois, pratiquée de façon intensive, l'équitation peut entraîner des problèmes de dos. Les cavaliers qui se destinent à la compétition et pratiquent intensément ce sport doivent y penser. Il faut savoir parfois remplacer quelques heures de monte par une séance de longe ou un travail d'observation. Surtout il faut, comme tout sportif, s'adonner à un travail, physique complémentaire. En effet, malgré ses qualités, l'équitation n'est pas tout à fait un sport complet. Les cavaliers sont en général un peu raides, souvent, manquent d'endurance. Deux défauts qui peuvent les handicaper dans certaines épreuves ou en cas de chute.

Une vraie mise en forme

Pour une forme parfaite, ajoutez aux séances d'équitation quelques exercices quotidiens.
Question d'équilibre
Pour les cavaliers de compétition, pratiquer un sport en plus de l'équitation peut sembler difficile et superflu : quand on monte déjà plusieurs heures par semaine, on ne voit pas très bien comment ni pourquoi caser des heures de sport supplémentaires. Vous avez toutefois intérêt à vous plier, sinon à la pratique d'une autre discipline sportive, du moins à une activité physique complémentaire qui vous permettra de mieux connaître votre corps, d'équilibrer votre développement musculaire et d'améliorer votre souplesse et votre souffle.
Protéger son corps
Bien connaître son corps est une des meilleures façons de le protéger des éventuels effets néfastes d'un sport pratiqué intensivement. Intéressez-vous à des pratiques physiques qui vous apprennent à contrôler votre attitude, votre équilibre, votre respiration, à respecter votre corps en le faisant travailler sans contractions inutiles : yoga, stretching, tai-chi, etc.
Échauffement et décontraction
Apprenez auprès d'un professionnel (sportif ou kinésithérapeute) à bien vous échauffer avant de monter et à bien vous détendre après. Des étirements adaptés à votre cas, pratiqués systématiquement avant de monter et après la séance de travail (ou en fin de journée), vous aideront à conserver votre souplesse et à éviter de nombreuses contractures et douleurs articulaires.

Aucun commentaire: