Un cheval pour l'équitation western

Pour pratiquer l'équitation western, il faut un cheval approprié. Les exigences de finesse, d'adresse et de fluidité des allures imposent en effet une confrontation particulière et un bon mental.

Qu'est-ce qu'un bon mental ?

Les deux qualités mentales essentielles chez le cheval western sont l'absence d'agressivité et la bonne volonté. Viennent s'y ajouter d'autres qualités, comme la capacité à apprendre vite.
Juger le mental du jeune cheval
Voici quelques critères pour vous aider à choisir un jeune cheval. Au pré, en compagnie des autres, le jeune cheval doit jouer, mais sans chercher la bagarre. Il ne mord pas, ne tape pas, couche rarement les oreilles. Il respecte naturellement l'homme. Qu'il soit craintif n'est pas un problème. Mieux vaut un jeune cheval un peu timide qu'un autre trop insolent. S'il s'éloigne gentiment pour rester hors de portée quand vous cherchez à l'approcher, ne vous inquiétez pas. En revanche, méfiez-vous de celui qui part comme un fou ou se montre agressif.
Une saine curiosité
Un regard tourné vers vous, curieux, même de loin, est bon signe. Face aux choses nouvelles, le cheval doit montrer de la curiosité, éventuellement hésiter, sembler réfléchir avant d'accomplir. Il doit se souvenir de ce qu'il a compris la veille. Un cheval indifférent aux choses nouvelles est moins intéressant.
A éviter
Évitez le dominant du troupeau, ainsi que l'individu situé le plus bas dans la hiérarchie. Un cheval qui refuse tout systématiquement, avec qui tout semble difficile, est à écarter. De même, un animal lunatique, qui se comporte un jour avec calme et s'énerve le lendemain, ne sera pas facile à canaliser.
Évaluer le mental du cheval au travail
Le cheval western doit être soumis. Sans soumission, il prend lui-même des décisions dès qu'il n'est pas contraint. Il essaie, par exemple, de rejoindre ses copains dès que vous avez les rênes longues. Ce genre de cheval ne trouvera pas son compte dans votre compagnie parce qu'il ne vous reconnaîtra pas comme un partenaire dominant. Vous voulez un compagnon avec qui vous partagez des moments de vie, pas une bête de somme à qui vous devez imposer en permanence une ligne de conduite et qui ne rêve que du moment où ça va s'arrêter !
Repérer le bon tempérament
Pour repérer cette disposition, observez bien le cheval au travail. Il est expressif, attentif, les oreilles tournées vers le cavalier. Il regarde à peine les autres chevaux tant qu'il est en présence de l'homme. Il ne fouaille pas de la queue, garde la tête basse, semble vif et disponible. Son regard reste franc. Son comportement ne varie pas en fonction de l'environnement.
Un cheval soumis ?
Un cheval soumis est un cheval qui a compris qu'il a tout à attendre de l'homme: respect, nourriture, bien-être. Dans son esprit, la volonté de l'homme est incontournable, il la respecte. C'est avec l'homme qu'il passe ses meilleurs moments. Cela exclut toute forme de soumission par la force et toute violence. C'est par son intelligence que l'homme doit obtenir ce résultat.
Le déplacement du cheval pour l'équitation western
Au pré, un bon cheval western se déplace naturellement en gardant la tête vers le bas ou tout au plus en position naturelle. Ses allures sont rasantes, non par paresse, mais par nature. Son trot semble confortable, facile et son galop fluide et très souple. Le cheval montre naturellement un bon engagement. Il change spontanément de pied au galop.

La conformation du cheval western

Un cheval western possède un corps harmonieux, rond et non osseux. Il donne l'impression de pouvoir porter. Il est musclé, puissant. Selon les disciplines, il doit toiser entre 1,45 m et 1,60 m.
Une bonne avant-main
Il a le regard doux, indiquant calme et bonne volonté. Une jolie tête carrée avec un front droit indique une ossature généreuse qui permet au cheval de bien respirer, de bien voir et de bien s'alimenter. La gorge doit être fine pour la souplesse. L'encolure, suffisamment longue pour faire un excellent balancier, est attachée assez haut pour alléger l'avant-main et a une inclinaison se rapprochant le plus possible de l'horizontale.
Solide mais agile
On cherche un dos plutôt court, avec un garrot aussi effacé que possible. La croupe est ronde et le cheval culotté très bas pour la puissance de l'engagement. Ses aplombs sont corrects. Il peut être légèrement sous lui des postérieurs, mais surtout pas campé. Examinez les membres : ils sont solides mais ni épais, ni trop courts ­ ce qui réduirait l'agilité ­, ni trop longs, car le centre de gravité serait trop haut. L'angle des paturons est parallèle à celui de l'épaule, qui se trouve à 45°. Les pieds petits, sans être ridicules, favorisent la légèreté des allures, la vélocité et l'agilité.
A éviter
Si vous possédez un jeune cheval qui a un bon mental, ne le mettez pas en compagnie d'autres dont le mental est moins bon. En l'agressant, ces derniers lui apprendraient à se défendre. Il comprendrait vite qu'en tapant et en mordant, il se débarrasse des gêneurs. Dont vous, le jour où ce sera nécessaire !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

c'est la meme personne que celle qui s'est plain ! Je m'excuse car je vien de trouver ce qui conserne mes recherches meme s'il n'y a pas la chose precise dont laquelle j'avait besoin !
toutes mes excuses .
mais soyez tout de meme plus indiquant et plus précis