La régularité en POR

A la différence de l'endurance, le TREC ne se joue pas sur la vitesse mais sur la régularité : le cavalier s'efforce de progresser à vitesse constante en respectant la moyenne indiquée pour chaque tronçon. Pas si facile !

Vitesse sous contrôle

Progresser à vitesse constante malgré les difficultés de l'orientation, tel est le délicat défi proposé au trecquiste. Vigilance, organisation, connaissance du cheval sont indispensables pour réussir.
Le règlement
Lors de son départ sur le POR, le cavalier se voit indiquer une « vitesse imposée » comprise entre 6 et 12 km/h. Pendant toute la durée du premier tronçon, il doit s'efforcer de respecter cette vitesse moyenne, sans prendre de retard ni d'avance, jusqu'au premier contrôle, dont il ignore évidemment l'emplacement. Lorsqu'il en franchit les fanions, les contrôleurs relèvent son temps d' arrivée, qu'ils arrondissent à la minute affichée. Ils l'inscrivent sur son carnet de route. Le temps effectué est comparé au temps idéal, que le traceur calcule à partir de la vitesse imposée. Chaque minute de décalage coûte 2 points de pénalité (1 point seulement lors des nocturnes ou des championnats internationaux).A chaque- contrôle une nouvelle vitesse est indiquée, par affichage, pour le tronçon suivant.
Le curvimétrage
Comment s'y prendre pour respecter, sans compteur, une vitesse moyenne ? Tout simplement en portant des repères kilométriques sur le tracé de la carte, c'est-à-dire tous les 4 cm. L'opération s'effectue en général en recourant à un calque gradué. A l'aide d'un crayon à pointe fine, le concurrent pique l'axe central du calque et le fait pivoter pour épouser l'itinéraire, sur lequel il tracera de petits traits tous les 2 ou 4 cm. C'est un travail très facile sur les lignes droites, plus minutieux quand il s'agit de courbes. Autant s'entraîner d'abord un peu chez soi. Notez que, par convention, ces mesures ne tiennent pas compte des pentes. Un kilomètre en montagne sera donc un peu plus long qu'un kilomètre en plaine.
Les techniques de chronométrage
La première chose qui compte, quand on est sur le terrain, c'est de bien connaître les allures de son cheval. Savoir qu'au pas il marche, par exemple, à 7,5 km/h et que son petit trot est calé à 11 permet de s'organiser. Ce sont des mesures à effectuer à la maison , sur un tronçon de promenade d'au moins 500 mètres. Mais le chronomètre est indispensable si l'on veut être d'une parfaite précision. On le déclenche au départ de chaque contrôle, puis on utilise la table des vitesses ou une montre spéciale pour savoir si l'on est en avance ou en retard. Comme les contrôles sont généralement invisibles, il faut s'efforcer d'être toujours « dans la minute », à moins qu'un terrain bien dégagé ne permette d'éviter les mauvaises surprises.
La table des vitesse
6 km/h
7 km/h
8 km/h
9 km/h
10 km/h
11 km/h
12 km/h
0,5 km
5'
4'17
3'45
3'20
3'
2'43
2'30
1 km
10'
8'34
7'30
6'40
6'
5'27
5'
2 km
20'
17'08
15'
13'20
12'
10'54
10'
3 km
30'
25'42
22'30
20'
18'
16'21
15'
4 km
40'
34'17
30'
26'40
24'
21'49
20'
5 km
50'
42'51
37'30
33'20
30'
27'16
25'
6 km
1 h
51'25
45'
40'
36'
32'43
30'
7 km
1 h
52'30
46'40
42'
38'10
35'
8 km
1 h
53'20
48'
43'38
40'
9 km
1 h
54'
49'05
45'
10 km
1 h
54'32
50'
11 km
1 h
55'
12 km
1 h

Ne tombez pas dans le piège de la précipitation

Sans les vitesses imposées, le POR ne présenterait guère de difficulté. L'urgence est un facteur d'erreur important qu'il faut apprendre à gérer.
Sous pression
Elle était pourtant bien visible, cette ligne haute tension ; elle était pourtant bien sensible, cette pente raide et vous aviez également remarqué une certaine dérive du côté de la boussole. Seulement, voilà, vous étiez en retard et, dans votre précipitation, vous n'avez tenu compte d'aucun de ces indices. Vous arrivez au contrôle presque à l'heure mais par le mauvais chemin ! Un joli lot de 50 points bêtement perdus parce que vous aviez souci de la vitesse. Rassurez-vous, tout concurrent est un jour ou l'autre passé par là. Il est très difficile de se concentrer sur la carte quand le chrono tourne trop vite. « Se hâter lentement », comme dirait La fontaine, voilà le secret d'un POR réussi.
Gagner du temps
Pour ne pas prendre de retard, la meilleure solution consiste à anticiper : ne pas attendre d'arriver au carrefour pour réfléchir au prochain changement de direction. Un examen minutieux de la carte et du chrono permet de se préparer : « deux minutes de pas environ après le tournant en épingle, je dois trouver un chemin en légère descente sur la droite , un peu avant la sortie du bois ». Quand tous les indices sont clairs, on peut plus facilement se concentrer ! Il est parfois judicieux de prendre quelques minutes d'avance, quand l'itinéraire ne présente aucune difficulté, en prévision d'une grimpée, d'un sous-bois ou d'un bout de tracé douteux. On pourra ainsi les aborder avec plus de sérénité et, donc, réfléchir plus efficacement...

Aucun commentaire: